Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Le Programme alimentaire mondial a reçu le Prix Nobel de la Paix

L’agence onusienne a été récompensée en octobre pour son combat contre la faim dans le monde sur fond de pandémie due au nouveau coronavirus, estimant qu’en ce moment, que 270 millions de personnes au monde étaient au bord de la famine.

Le Programme alimentaire mondial, le PAM a reçu son prix jeudi 10 décembre à son siège, à Rome, à la place de la traditionnelle cérémonie à l’Hôtel de ville d’Oslo, en raison des mesures destinées à éviter une propagation de la Covid-19.

Cette année, les autres prix Nobel, traditionnellement distribuent à Stockholm, sauf celui de la Paix, mais tous le 10 décembre de chaque année, jour d’anniversaire de la mort d’Alfred Nobel, l’industriel suédois qui a créé les prix qui porte son nom en 1895, ont également été décernés en ligne.

En recevant le Prix Nobel de la Paix au nom de l’Agence onusienne, le directeur exécutif a prévenu qu’environ 270 millions de personnes dans le monde étaient au bord de la famine, alors que personne ne devrait souffrir de la faim au regard des richesses produites actuellement dans le monde, s’il n’y avait pas les guerres.

Il a déclaré après avoir reçu la médaille du Nobel et le diplôme l’accompagnant « C’est à cause des nombreuses guerres, du changement climatique, de l’utilisation généralisée de la faim comme arme politique et militaire et d’une pandémie sanitaire mondiale qui aggrave tout cela de manière exponentielle que 270 millions de personés s’acheminent vers la famine ».

En ajoutant « Ne pas répondre à leurs besoins entraînera une pandémie de la faim qui éclipsera l’impact de la Covid et, comme cela ne suffira pas, sur ces 270 millions, trente millions dépendent entièrement de nous, pour leur survie ».

L’ONU a récemment fait appel aux donateurs, c’est le moment de le rappeler, mais comment mettre fin aux guerres, généralement tribales, qui détruisent les récoltes et empêchent les secours d’arriver, mais ces problèmes ne datent pas d’hier.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.