Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Le patronat plaide pour le retour progressif de la retraite à 64 ans pour masquer la réalité

Sa proposition la frise la démagogie, car d’un côté il faut pouvoir donner aux retraités des pensions décentes pour vivre et de l’autre côté, il faut donner du travail à tous ceux en âge de travailler, des objectifs dans la conjoncture actuelle inconciliables.

Le régime de retraite conçu par le Conseil national de la résistance en 1943 à Alger avait fixé l’âge légal de le départ à la retraite à 65 ans, ce qui était manifestement trop tard pour les travailleurs manuels et il a fallu attendre l’arrivée de la gauche au pouvoir avec Français Mitterrand pour avancer l’âge général de départ, de 65 ans à 60 ans, une décision prise à l’époque, pour des raisons politiques, à contretemps, dont depuis, les salariés font les frais.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron travaille depuis des mois à la réforme systémique de nos régimes de retraite, que le président Macron s’est engagé à unifier, mais aujourd’hui, il se bute à l’inévitable problème de la date légal de départ à la retraite que des syndicats voudraient faire revenir à 60, sans prendre en considération l’augmentation de l’espérance de vie, alors que, même sa majorité est divisée sur ce sujet.

C’est ici qu’arrive la proposition du Medef, l’organisation du patronat, de relever progressivement l’âge légal de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans et pourquoi pas à 67 mais ce qui ne règle pas son problème de financement.

Il faut regarder la réalité en face, la masse salariale ne reflète plus la richesse produite dégagée par les entreprises du fait de l’arrivée croissant des robots dans le cycle productif et de gestion et ne peut plus servir d’assiette aux cotisations patronales.

Le financement des retraites doit être assuré différemment pour en garantir la pérennité ,c’est une autre organisation du cycle productif à prendre en considération, on travaillera moins mais plus longtemps , on ne peut pas s’arrêter à travailler à 60 ans, si on a encore 25 ans d’espérance de vie, voire plus, devant soi.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer