InfosRéflexions
A la Une

Le gouvernement prêt à temporiser sa réforme des retraites

L’harmonisation des régimes de retraite est en soi une bonne chose mais elle se heurte à un principe incontournable que les directions des relations sociales des entreprises connaissent bien, l’harmonisation d’un régime social quelconque n’est accepté par les intéressés que si elle se fait par le haut, c’est à dire que le régime à mettre en place est celui du mieux disant.

Pour cela, il faut en avoir les moyens, ce que le gouvernement, dans la conjoncture actuelle n’a pas, tout en laissant s’imprégner l’impression que dans un régime qui doit s’autofinancer, il n’y aura que des perdants.

C’est évident pour les professions libérales et autres, qui ne veulent pas perdre leurs régimes autonomes respectifs, qui ont fait leurs preuves, pour les fonctionnaires et assimilés dont les régimes statutaires sont mis en cause et même pour les salariés du secteur privé, habitués aux ukases gouvernementales au travers de la Sécurité sociale, qui ne veulent pas perdre leur régime complémentaire conventionnel, Arrco-Agirc, avec ses 70 milliards d’euros de réserve.

Les plus virulents sont actuellement les cheminots, qui n’ont pas encore digéré la reforme de le SNCF et qui ont, du fait des avantages historiques attachés à leur régime de retraite, le plus à perdre.

Tout ceci faut que la pression monte sur le gouvernement, qui cherche une porte de sortie sans perdre la face, en renonçant purement et simplement à la réforme des retraite, la réforme majeure du quinquennat Macron.

Des différents projets qui circulent, il ressort que la mise en application de la réforme, initialement prévu pour 2025, pourrait être retardée et, en fin de ne s’appliquer qu’aux seuls nouveaux entrants, un système adopté pour le statut des cheminots, ce qui oblige à gérer la co-existance de deux régimes, qui deviendra de plus en plus délicat, avec la prédominassions croissante du nouveau régime sur l’ancien

Pour les retraites, il faudra concevoir, dans cette hypothèse une structure financière commune qui chapeautera le,tout, s’agissant de régimes de retraite par répartition, ce qui peut générer des situations conflictuelles, en cas de rupture d’égalité.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer