Accueil / Politique / Le 1er a dit…

Le 1er a dit…

Il l’a dit le ministre de l’intérieur.

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas un mouvement de masse.

Ce qu’il avait constaté lors de la première rencontre sur les champs.

Autrement dit, il n’y a aucune raison de ne pas continuer à saigner les serfs des villes et des champs pour complaire au rêve de l’Illuminé.

Sûr que s’il continue comme cela, le brave homme d’intérieur qui ne sort jamais, finira 1er ministre ou les armes à la main, selon son choix.

La vraie vie des vrais hommes c’est d’avoir le choix de faire des choix, les uns pour une montre, d’autres pour échapper à des phobies administratives ou encore un trop plein d’énergie…

Maintenant, ses gardes armées attendent que le peuple en masse fasse parler la poudre pour se dire qu’il n’y a pas que les bastilles à prendre.

Mais s’est-il au moins dit que si tous les Sdf, les au minimum sociaux, les au Rsa, les smicards, les retraités lésés, les chômeurs, les CDD en cdi, les journaliers, les au noir, les sans dent, les gaulois insoumis, les séditieux, se réunissent, cela risque de faire beaucoup de monde et un grosse tache sur les beaux champs élyséens ayant rapidement trouvé leur superbe  avant la nouvelle vague qui pourrait se prendre pour un tsunami.

Il l’a redit le 1er encore en place dans son havre de pais : ce n’est pas de la faute du gouvernement s’il y a agitations violentes ; c’est de la faute des gilets jaunes.

Autrement dit, j’ai le droit de faire ce que je veux sur votre vie, vous, vous avez le droit de vous taire.

C’est cela la volonté ministérielle relayant celle de l’Illuminé qui veut affamer le peuple, pire les humilier pour conserver son pouvoir, enrichir la caste des riches.

Et s’il continue ainsi, sans rien vouloir entendre, ni écouter, rester vieux jeu dans son jeu, la violence ira de pis en pis sans vouloir passer pour un voyant non aveugle.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.