InfosRéflexions
A la Une

L’automatisation des sites de stockage permet de livret tout le temps de le dire

En France, le leader de la vente par correspondance vient d’ouvrit un nouveau site de stockage des produits en vente, pour être plus près de ses clients.

C’est à Brétigny sur Orge, à une trentaine de kilomètres au sud de Paris que le tout nouveau centre de distribution vient d’ouvrir, son sixième en France.

Celui-ci, le dernier né, est un peu particulier, dit-on à la direction France, lors de son inauguration officielle, celui de Brétigny est le premier de ce type en France.

A l’intérieur, les robots forment une armée de 4 000 petits carrés orange à roulettes, des unités autonomes chargées, dans cet espace de 152 000 mètres carrés ; d’ordonner, de stoker et d’aller chercher les articles pour les conduire vers les employés, qui en assurent l’acheminement.

Un des principaux avantages de cette technologie est de pouvoir stocker jusqu’à 40 % d’objets en plus, que les robots permettent d’entasser sur les étagères, en rang serré et de les déplacer dès qu’un article doit être retiré.

En outre, ils sont capables de réordonner les étagères pour que les produits les plus demandés soient toujours facilement accessibles, permettant un gain de temps.

Sur les 3000 salariés qui travaillent dans ce centre, en plus des 4000 robots, le site de Brétigny emploiera, à terme 2 500 salariés en CDI, ce qui montre l’importance du numérique dans la création d’emploi, le deux étant complémentaires.

Cependant, cette croissance des effectifs est d’abord lié au succès de sa plateforme de vente, le chiffre d’affaires de son activité de commerce en ligne qui a cru de 25 % en 2018.

Pionnier de l’innovation, cette entreprise de vente par correspondance n’envisage pas, d’avoir un jour des entrepôts entièrement automatisés, ce n’est pas, selon sa direction la vision de l’entreprise « On ne pourra pas faire ce que l’on fait , sans nos collaborateurs ».

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.