Réflexions

L’âge légal de la retraite sera porté à 70 ans

Cette annonce a été faite par le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, lors d’une conférence de presse de fin d’année, pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et l’explosion des coûts de Sécurité sociale, alors que dès le mois de septembre, il a plaidé pour une activité prolongée à même de « stimuler la croissance augmenter les recettes fiscales et générer davantage de recettes pour la Sécurité sociale ».

Il a ajouté « je souhaite réorganiser le système de Sécurité sociale pour rassurer tout le monde : enfants, parents, actifs et personnes âgées ».

Baptisé « Vers une ère où l’on vit 100 ans » son projet doit être finalisé à l’été 2019, au terme de négociations avec les entreprises qui s’annoncent délicates.

La principale mesure envisagée est, comme déjà dit de repousser à 70 ans l’âge de perception de la retraite et faire cotiser les salariés cotiser jusqu’à 65 ans, avec pour objectif d’inciter les entreprises à garder leurs employés plus longtemps que maintenant, au-delà de 60 ans.

Alors que depuis 2006 l’Age de perception des pensions est de 65 ans, la majorité des entreprises ont fixé l’âge de départ à la retraite à 60 ans, ce qui fait que le retraité pourra percevoir sa retraite dès 65 ans avec une décote.

Les entreprises devront payer les salaires jusqu’à 65 ans dans la nouvelle formule.

Pour le gouvernement il y a urgence, car le vieillissement de la population s’accompagne d’une explosion des coûts de la Sécurité sociale qui représente aujourd’hui un tiers du budget de l’État contre 17,6 % en 2000.

Au Japon aussi, les réformes du régime de retraite, un régime in universel qui remonte à 1942, se succèdent, la cotisation de base à verser entre 20 et 60 équivaut à 127 euros chaque mois, les salariés cotisent, comme chez nous à de régimes complémentaires à hauteur, en moyenne à hauteur de 18,3 % de leur rémunération.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer