InfosRéflexions
A la Une

La vie sur terre est menacée

Le réchauffement climatique et L’extinction de la biodiversité, ces deux phénomènes ont un responsable commun, l’activité de l’homme et si tout a été dit depuis des année au sujet du réchauffement climatique, l’alerte mondiale relative à l’extinction de la biodiversité vient tout juste être donnée par la Plateforme Intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services éco systémiques, l’IPBES crée par les Nations Unies sur le modèle du GIEC pour le climat.

L’IPBES vient de se réunir à Paris dans les locaux de l’Unesco pour approuver son rapport de 1 700 pages ainsi que son résumé d’une trentaine de pages, établi à l’intention des décideurs, qui a fait le tour du monde en quelques jours.

Des représentants de l’IPBES ont été reçus à l’Elysée par le président Macron qui en les raccompagnant sur le perron a lancé un vibrant appel, sous la forme d’une conférence de presse improvisée, en faveur de la protection de la biodiversité, qui tombait à pic, dans le cadre de la campagne électorale européenne, dans laquelle il s’implique personnellement, ce qui prouve qu’il a été touché par le constat et les recommandations de l’IPBES.

Il faut savoir que voila 65 millions d’années, la cinquième extinction de masse fauchait les dinosaures et les trois quarts des espèces présentes sur Terre, si heureusement nous n’en sommes pas là, bien que la planète s’achemine vers la sixième extinction de masse, celle-ci, à en croire l’IPBES risque de se produire non plus à l’échelle des temps géologique, mais en quelques décennie seulement, en même temps que le réchauffement climatique.

Le constat de l’IPBES place l’humanité face à ses responsabilités, au moins autant que le réchauffement climatique, en sachant que les causes sont toutes d’origine humaine comme la destruction des habitats naturels, la surexploitation des ressources, le dérèglement du climat, la pollution des écosystèmes par les déchets, les pesticides, et la prolifération des espèces envahissante disséminées par le commerce international.

En sapant la biodiversité, l’homme met en péril son propre avenir et comme pour le réchauffement climatique, la réponse à l’alerte donnée par les scientifiques, qui tarde à venir, est entre les mains des gouvernements.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.