Accueil / Réflexions / La sédation profonde est victime de la frilosité de soignants

La sédation profonde est victime de la frilosité de soignants

Un rapport du Centre national des soins palliatifs de la fin de vie relève la « frilosité » des soignants à mettre en œuvre la sédation profonde en vin de vie, qui était l’une des dispositions phares de la loi Claeys-Leonetti créant de nouveaux droits en faveur des malades en fin de vie, promulguée le 2 février 2016, pour compléter la première loi Léonetti, toujours, sans aborder la vraie question, celle de l’euthanasie.

La sédation profonde et continue jusqu’au décès doit permettre, sous certaines conditions, aux patients qui en font la demande de « dormir avant de mourir pour ne pas souffrir » ni physiquement, ni mentalement.

Pourtant ; depuis la promulgation de la loi, ce dispositif « peine à se mettre en place sur le terrain » constate le groupe de travail mandaté par le Centre national des soins palliatifs de la fin de vie ; le CNSPFV, dans un document publié le 28 novembre, à cause de la mauvaise volonté de soignants.

Cette difficulté de mise en œuvre de la loi est toutefois difficile à mesurer avec précision, le nombre de sédations profondes et continues mises en œuvre n’étant pas officiellement recensées et la première enquête quantitative menée par le CNSPFV en 2017, ne fournit pas non plus de résultats probants à cet égard.

Dans le sillage de l’inspection générale des affaires sociales, qui avait jugé en juin que le droit à bénéficier d’une telle sédation était « encore peu exercé et de manière très hétérogène » le CNSPF fait état d’une « certaine frilosité », c’est le moins que l’on puisse dire des équipes soignantes à mettre en œuvre cette procédure,

Cette opposition va plus loin, car elle joue même pour « l’accès à des pratiques sédatives banales » qui ne posaient aucune question éthique jusque-là, ce qui est totalement inacceptable et provoque la colère légitime des familles.

Pour vaincre ces résistances, le groupe de travail CCNSPF préconise d’organiser l’accès à ce type de sédation de façon à ce que les patients ne soient pas l’otage de la prise de position des professionnels, qui s’opposent par conviction personnelle, aux dispositions légales, en privant des malades en fin de vie, qui souffrent, de leurs droits.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.