Réflexions
A la Une

La réforme des retraites ne fera que des victimes

La réforme des retraites telle que présentée par le Haut-Commissaire Delevoye ne fera que des victimes.

Les principales victimes seront les bénéficiaires actuels des régimes de retraite spéciaux à qui on annonce la perte de l’une des dispositions majeures, sinon la disposition principale de leur statut, dont les dépense sont loin d’être couvertes par les cotisations.

Les pensions statutaires des fonctionnaires ne sont pas provisionnées, elles sont payées sur le budget rémunérations de l’année, en tant que salaire différé.

Quant au déficit des établissement publics industriels et commerciaux, notamment du, gaz et de l’électricité, ils sont répercutés sur les prix facturés aux consommateurs.

On imagine leur réaction, si ce projet est poussé à son terme.

Quant aux salariés du secteur privé, ils n’ont pas grand-chose à perde sauf la garantie de résultat du régime général de la Sécurité sociale qui accorde à ceux qui partent avec le nombre de trimestre donnant droit à une pension au taux plein, une pension correspondant à 50 % la moyenne des 25 meilleures années de leur carrière, après avoir été celle de leurs 10 meilleures années, pendant longtemps.

Les principaux perdant de cette mesure seront les cadres supérieurs, mais comme leur pouvoir de nuisance est limité, il n’y a pas grand-chose à craindre, de leur réaction.

Si les régimes de retraite sont endettés et concourent au déficit de l’État, ce n’est pas la faute de l’actuel gouvernement, parce qu’il aurait fallu repousser l’âge de départ à la retraite en fonction de l’allongement de l’espérance de vie, ce qui n’a pas été fait, faute de courage politique, le gouvernement Macron vient de tomber dans le travers en maintenant t l’âge légal de départ à 62 ans.

Après la réforme, le gouvernement sera seul maître à bord, en fixant à la fois le cout d’acquisition des points, et leur valeur, en vue du calcul des pensions.

A l’occasion de sa conférence de presse, Jean-Paul Delevoye a évoqué un rendement du futur régime par points de 5,5 %, ce qui et le rapport entre le prix d’acquisition et la valeur d’un point.

Au moment du lancement du premier régime de retraire par répartition, par points ,celui des cadres, de l’AGIRC, , son rendement frisait les 15 %.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.