Accueil / Infos / La récupération des vélos usagés est une activité d’avenir

La récupération des vélos usagés est une activité d’avenir

Le marchand qui vend et qui répare des bicyclettes a disparu de notre paysage, les vélos sont devenus des produits de consommation courante que l’on trouve dans les grandes surfaces ou dans les magasins d’articles de sport, ils viennent d’Asie, à des prix impossible à concurrencer en Europe et partent à la casse, plutôt que d’être réparés.

Il faut croire que cette solution n’est pas satisfaisante pour l’esprit, ce qui fait que selon la Fédération française des usagers de la bicyclette, 9 millions de vélos dorment au fond des placards en France, sans doute oubliée avec le temps qui passe, mais qu’on n’a pas envie de détruire, bien que chaque année 1,5 million partent à la casse.

Aujourd’hui, alors que le temps est à la récupération de tout ce qui peut encore servir, ça porte le nom « d’économie circulaire » des ateliers coopératifs sortent de terre où des propriétaires de bicyclette en panne se retrouvent, pour les réparer.

Il existe un réseau, « l’Heureux cyclage » qui en fédère la moitié des quelque 200 identifiés aujourd’hui.

Je pense que l’on n’y répare pas les vélos bas de gamme, importé de Chine, qui sont vendus à des prix incroyablement bas, mais des vélos de marque, qui eux sont vendus, par contre, à des prix incroyablement élevés.

Dans la rue, une fois pied à terre, leurs propriétaires ne les quittent pas des yeux, par peur de se les faire voler.

Selon l’un des membres de la direction collégiale de ce réseau, son credo est de favoriser le réemploi des pièces de vélos non réparables et la réduction des déchets.

Animés par des bénévoles ou par des salariés, les ateliers récupèrent les vélos abandonnés ou en mauvais état, afin de les transformer et de leur donner une nouvelle vie.

La démarche est avant tout participative, on vient d’abord pour apprendre, pour devenir un cycliste autonome, capable d’entraîner son engin et de ne pas l’abandonner au moindre accroc.

On y trouve aussi des pièces d’occasion, des outils et des conseils.

Il est prévu, dans le projet gouvernemental de l’économie circulaire, de faire contribuer les fabricants d’articles de sport au financement du devenir de leurs produits, après utilisation, afin de favoriser leur réemploi, plutôt que leur recyclage.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.