Accueil / Faits d'actualité / La guerre contre l’invasion des plastiques est ouverte

La guerre contre l’invasion des plastiques est ouverte

Elle prend plusieurs formes devant l’importance que les plastiques de toutes sortes ont pris en quelques décennies dans notre société, au point de déborder de tous les sites de stockage et de finir dans les océans, où prochainement, il y aura plus de déchets plastiques que de poissons, si l’on continue ainsi.

Cette lutte peut prendre la forme d’une interdiction des sacs plastiques à usage unique dans les magasins, que l’on peut remplacer par des emballages en d’autres matières, dans la mesure où un emballage s’avère indispensable.

Ceci qui évitera de fabriquer et de jeter dans la nature, chaque année des milliards de sacs ultrafins, dont beaucoup, avalés par la faune marine, aboutissent dans notre chaîne alimentaire.

Leur interdiction ne règle qu’une partie du problème.

La France vient d’opter pour une autre solution, favoriser le recyclage, une technique pratique de longue date mais peu utilisée et souvent pratiquée par ceux qui produisent les déchets plastiques, pour produire de l’énergie, en les brûlant dans chaufferies.

Un recyclage plus étendu, voire général, suppose la collecte des déchets, qu’il faut mettre au point, leur tri en fonction de leur nature, et des sortes de plastiques, il y en a des masses et, ensuite, il faut leur trouver un nouvel usage, pour que recyclage ait un sens.

Il y a quelques années, j’ai vu à la télé la présentation d’un « pull » fabriqué à partir de bouteilles plastiques d’eau minérale, mais comme cette démonstration n’a pas eu de suites, alors que les bouteilles vides ne manquent pas, il faut croire qu’elle n’était pas concluante.

Aujourd’hui, dans cette optique, le gouvernement annonce le lancement d’un système de bonus-malus pour favoriser le recyclage du plastique, de manière à inciter les consommateurs à acheter des produits en matière plastique recyclée, à condition d’en avoir le choix, le plastique recyclé devant être moins chère de 10 % par rapport au neuf, selon le secrétaire d’État à la transition écologique, grâce à un jeu de taxes, des baisses et des hausses, décidées par le pouvoir.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.