InfosRéflexions
A la Une

La guerre a été déclarée aux punaises de lit

La France est sortie vainqueur, après des siècles de vains combats contre les punaises, grâce au DDT venu des Etats-Unis, puis elle a vu arriver, avec les meubles ramenés d’Algérie par nos compatriotes retour en France les cafards, qui se sont acclimatés en France, même dans nos quartiers bourgeois, dont on n’arrive pas à se dépasser, définitivement.

Maintenant, ce sont les punaises de lit qu’il faut affronter, des insectes qui se développent dans les matelas, dans les draps et pas seulement en provoquant des démangeaisons désagréables chez ceux qui en sont les victimes.

Face à leur multiplication, le gouvernement a pris les choses en main a décidé le 20 février de lancer un plan de prévention contre les punaises de lit

Alors que les punaise de lit avaient pratiquement été éradiquées au milieu du 20èmesiècle, force est de constater qu’elles sont revenues, en nombre.

Ce retour ne date pas d’hier, en 2018, 400 000 sites, des logements et des hôtels ont été traités, soit un tiers de plus que l’année précédente.

Pour le moment, le gouvernement a lancé une campagne d’information avec le numéro 0-806 706 806 et le site stop-punaises. gouv.fr, que le public peut joindre, de plus, il a demandé aux professionnels de se structurer avec un label à la clé, en attendant d’éventuelles mesures législatives pour mettre un peu d’ordre dans tout cela

Si le sujet des punaises de lit mobilise maintenant le gouvernement la sphère politique s’en est emparée depuis plus d’un an, ainsi l’ex-candidat de la majorité à la maire des Paris, se prononçait pour un « service public municipal »contre les punaises de lit.

Un parti de l’opposition avait demandé à ce que les infestations de punaise de lit soient reconnues comme un enjeu de santé publique et exigé du gouvernement un plan d’urgence d’éradication nationale.

Malheureusement, il faudra plus qu’une loi pour s’en débarrasser.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer