Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

La grippe aviaire dans le Sud-Ouest de la France est passée hors contrôle

Dans la seule journée du 8 janvier, le nombre d’animaux abattus, presque exclusivement des canards, est passé de 200 000 à 400 000 dans les départements du Sud-Ouest, qui comptaient en 2019 une vingtaine de millions de canards.

Le rythme des abattages devrait rester soutenu, avec 160 000 par jour, dès la semaine prochaine, ce qui fait que les producteurs connaissent leur troisième dépeuplement massif en 5 ans, le dernier en 2017 où six millions de canards ont été abattus, ce qui pose la question de l’indemnisation.

Selon le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, le Cifog, 30 000 personnes travaillent dans le secteur, sur le principe, tous les élevages concernés par l’abattage d’animaux, mais aussi par l’abattage préventif, dans un cercle étendu aujourd’hui, de 3 à 5 km seront indemnisé confirmait à la Libération le directeur adjoint de l’alimentation et chef des services vétérinaire au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Chaque éleveur concerné pourra adresser un dossier à la Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt de la Nouvelle Aquitaine.

Les éleveurs recevront, dans les délais les plus brefs possibles un acompte de 75 % de la valeur marchande des animaux, pour assurer leur trésorerie, le solde sera réglé plus tard.

Cette aide dite « à l’abattage » dépend de l’Etat et est apportée aux éleveurs pour couvrir la perte des animaux, les frais de nettoyage et de désinfection, mais pour le Cifog, ce n’est pas suffisant.

Pour cette raison, une seconde aide dite de « vide sanitaire » sera mise en place par l’Etat, une fois l’épidémie terminée, a confirmé le ministère, car les éleveurs ne pourront pas reprendre, pour des raisons de décontamination, immédiatement leur activité.

Une fois le bilan fait, la demande de financement pour les aides pour le vide sanitaire sera soumise à la Commission européenne, puisque l’Union européenne les financera à hauteur de 50 %.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.