Infos

La France compte désormais près d’un 1,4 million de micro-entrepreneurs

Fin décembre 2018, la France comptait 1 357 000 micro-entrepreneurs, soit une hausse de 15,4% par rapport à l’année précédente. Fort d’un chiffre d’affaires de 3,446 milliards d’euros, ce dynamisme exprime un désir très fort pour l’indépendance et le goût d’entreprendre. Mais il reste encore à accompagner les nouveaux entrants et poursuivre la pédagogie sur les mécanismes du régime. Explications d’Evo’Portail, leader dans l’accompagnement des micro-entrepreneurs.

L’Acoss, la caisse nationale du réseau des URSSAF vient de publier son baromètre annuel ce 16 juillet, indiquant que 1 357 000 Français étaient micro-entrepreneurs fin 2018. Dix ans après la création du régime, le succès est toujours au rendez-vous. “Nous notons une hausse des inscriptions de l’ordre de 15,4% par rapport à la fin 2017” détaille Jérôme TARTING, Président d’Evo’Portail, portail leader dans l’accompagnement des micro-entrepreneurs. Les radiations augmentent quant a? elles de 8,2 % fin 2018 (après – 4,6 % fin 2017).

Ce dynamisme résulte de l’accélération des immatriculations (+ 23,7 % fin décembre 2018, après + 12,3 % en décembre 2017), dans un contexte où le doublement des plafonds de chiffre d’affaires tout comme l’arrivée de la TVA avaient suscité des interrogations voire des réticences de la part des micro-entrepreneurs. “Il faudra maintenant accompagner les nouveaux entrants dans leur compréhension des plafonds et le maniement de la TVA” explique Jérôme TARTING.

Un poids économique de 3,4 milliards euros

“Outre les tendances positives en matière d’inscription au régime, c’est aussi le poids économique de la micro-entreprise dans le pays qui mérite d’être souligné. Il a en effet généré un chiffre d’affaires global de 3,446 milliards d’euros, en hausse de 27,3 % sur un an” analyse Jérôme TARTING. Le nombre de micro-entrepreneurs ayant déclaré? un chiffre d’affaires positif progresse quant à lui moins rapidement que celui du nombre d’inscrits : + 13,7 % (après + 7,0 % fin décembre 2017). 838 000 micro-entrepreneurs sont ainsi économiquement actifs, soit 61,8 % des inscrits (contre 62,7 % un an plus tôt). Ils déclarent un chiffre d’affaires trimestriel moyen de 4 112 euros, en hausse de 11,9 % sur un an (après + 3,9 % l’année précédente) en lien avec le relèvement des plafonds de chiffre d’affaires.

Les secteurs qui progressent

L’embellie globale profite particulièrement aux secteurs des transports (+ 80,6 % sur un an, tableau 2), des activités immobilières (+31,0%), du conseil pour les affaires (+ 26,2 %), du commerce de gros (+21,0%) et des activités financières et d’assurance (+ 20,7 %).

Cependant, la part de micro-entrepreneurs économiquement actifs est la plus importante dans les secteurs de la santé (83 %) et de la coiffure (82 %). A l’inverse, elle est la plus faible dans le secteur des transports (31 %), des activités immobilières (47 %), du conseil pour les affaires (49 %) et du commerce de gros (49 %), en lien avec le nombre d’immatriculations récentes, les- quelles s’accompagnent souvent d’absence de chiffre d’affaires pendant plusieurs trimestres.

Un développement homogène en régions

Le chiffre d’affaires continue de croitre dans l’ensemble des régions. Les augmentations les plus fortes s’observent en Ile de France (+38,8%) et Rhône-Alpes (+ 28,4%). Les hausses les plus prononcées du nombre de micro-entrepreneurs économiquement actifs sont observées en Ile-de- France (+ 18,7 %), Champagne-Ardenne (+ 14,7 %) et Rhône-Alpes (+ 14,6 %).

A propos d’Evo’Portail :

Avec plus de 100 000 clients accompagnés depuis 2010, evo’portail est devenu le 1er portail d’accompagnement des micro-entrepreneurs en France. Cet opérateur majeur apporte chaque mois, 5 000 réponses aux bénéficiaires du régime. De la création à l’installation en passant par la gestion quotidienne, evo’portail a développé une palette de services pour aider celles et ceux qui veulent entreprendre en toute sérénité.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer