Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

La fête sauvage près de Rennes a donné lieu à 1 600 verbalisations

Les forces de l’ordre, présentes sur les lieux ne sont pas intervenues pendant la rave party pour éviter toute bousculade, ils ont interpellé les contrevenants à la sortie, en effectuant 1 600 verbalisations, sur les 2 500 qui étaient réunis, à partir du 31 au soir.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le son de la techno qui retentissait depuis jeudi soir dans les deux hangars transformés en boîte de nuit sauvage s’est tu et les fêtards ont commencé à quitter les lieux à partir de 5h30 et à 10h15 le site était sous contrôle des forces de l’ordre, la fête aura duré 36 heures.

Selon les informations données par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, sur un Tweet, les gendarmes ont établi 1 225 infractions Covid, 420 infractions diverses dont 225 en lien avec des stupéfiants, les enquêtes se poursuivent sous la direction du procureur de la République de Redon et dans ce cadre 3 personnes ont été placées en garde à vue.

L’intervention des forces de l’ordre s’est passée dans le calme samedi matin, alors que les fêtards quittaient les lieux au fur et à mesure les uns à pied et les autres en voiture.

Les premiers éléments recueillis ont permis de confirmer le caractère payant de la manifestation sous la forme d’une contribution et la présence importante de stupéfiants à l’occasion de cette fête explique le procureur en charge de l’enquête.

Celle-ci s’est concentrée sur l’identification des organisateurs de la fête et deux jeunes de 22 ans, sans antécédents judiciaires ont été placées en garde à vue.

Une perquisition a permis de saisir une partie des recettes de la fête, des produits stupéfiants et un important matériel de sonorisation, des groupes électrogènes, une rampe d’éclairage et un véhicule poids lourds.

L’agence régionale de santé de Bretagne rappelle dans un communiqué diffusé samedi, que ce rassemblement présente un fort risque de diffusion de la Covid-19 et invite les fêtards à observer sans délai un isolement strict à domicile de sept jours et à se faire dépister dans sept jours en restant isolé dans l’attente des résultats.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.