Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

La définition officielle du kilogramme a changé

Que les consommateurs se rassurent, un kilogramme sera toujours, comme on nomme l’indique, une quantité égale à 1 000 grammes, chez le « marchand des quatre saisons », là où il existe encore, mais l’étalon témoin, le « grand K » déposé depuis 1888 au Bureau international des poids et mesures à Sèvres, près de Paris, s’est probablement érodé avec le temps.

Jusqu’à maintenant, un kilogramme était défini comme étant égal à la masse du « grand K » un cylindre de platine et d’iridium conservé précieusement à l’observatoire de Sèvres, avec d’autres étalons, auxquels on peut se référer.

Le « grand K » tel que défini par la Conférence générale des poids et mesures, la CGPM créée à la fin du 19ème siècle et qui se réunit tous les quatre à six ans était jusqu’à présent l’étalon mondial du poids du kilogramme.

La nouvelle définition du kilogramme est entrée en vigueur le 20 mai, votée par les représentants de 60 pays, dans le cadre d’une décision, en faveur d’une redéfinition du Système international d’unités SI, modifiant à jamais la définition mondiale du kilogramme, de l’ampère, du kelvin et de la mole, la moins connue des trois.

Concernant le kilogramme, les scientifiques se sont aperçus que la masse du prototype international avait légèrement varié par rapport à celles des six copies témoins réalisées par précaution, à la même époque.

Cette variation est bien entendu anecdotique pour le commun des mortels quand il s’agit de faire son marché, mais elle peut devenir problématique, car les sciences et l’industrie sont entrées dans l’ère de l’infiniment petit avec notamment le développement des technologies quantiques ; qui ne tolèrent aucun écart.

Le kilogramme ainsi dématérialisé sera maintenant défini à partir de la Constante de Planck (h) de la physique quantique.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.