Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

La circulation de la Covid-19 semble impossible à placer sous contrôles sans mesures coercitives

Ces mesures sont souhaitées par certains, mais refusé par les défenseurs des libertés individuelles, sauf à revenir en cas de besoin à un confinement général ou par région, ces mesures doivent être envisageables à tout moment.

La solution pourrait venir que de découverte d’un traitement efficace pour soigner les malades mais également d’un vaccin, pour le moment des centaines de laboratoires travaillent sur le sujet. Des traitements existent, plus ou moins efficaces et des vaccins sont en cours de test. Mais, ce n’est pas pour tout de suite.

On sait dépister les personnes contaminées, puis détecter et prévenir celles qu’ils auraient pu être contaminés pour les isoler, mais c’est difficile à mettre en œuvre.

Il y a en ce moment un réel relâchement de la part d’une catégorie de la population, les plus jeunes qui risque de contaminer leur famille et leurs proches. Ce qui donne naissance à la création de nouveaux foyers à surveiller.

Le risque est qu’il y ait des foyers un peu partout, les inquiets diront avec raison que la solution réside dans un nouveau confinement général.

Nous n’en sommes pas là et dans l’immédiat, il reste la solution du masque obligatoire dans les lieux publics couverts.

L’usage du masque est toujours porté avec résistance par une fraction de la population ne croit pas à son utilité.

Pour cette raison le top doit venir d’une initiative du gouvernement. Aujourd’hui, il y a un doute sur la qualité de certains masques. Il faudrait avoir des masques agréer, porter une mention sur leur réelle protection. Par ailleurs, il faut indiquer clairement dans quel cas le non-port du masque sera passible d’une amende.

Le gouvernement doit fixer un prix public standard avec une bonification en fonction des ressources de chacun. Le gouvernement doit en maintenant sa détermination obtenir l’adhésion de la nation à cette mesure qui en assurera son succès.

Il faut espérer qu’entre-temps la découverte d’un médicament ou d’un vaccin nous permettra de revenir à une vue normale sans port de masque.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.