Accueil / Politique / Les jeux sont faits, rien ne va plus

Les jeux sont faits, rien ne va plus

Hier soir, au journal de France 2, interviewé par Laurent Delahousse, le candidat François Fillon a réaffirmé qu’il ne retirera pas sa candidature. Il a fait remarquer qu’il n’avait pas été nommé par Les Républicains, mais élue par une représentativité nationale. Et qu’un parti politique ne pouvait pas le lui retirer.

De plus, François Fillon a fait remarquer que la part des électeurs Les Républicains dans sa nomination était peu par rapport à l’ensemble de ceux qui ont voté pour lui (ce qui n’est pas très courtois pour sa famille politique).

S’est-il rendu compte que les réseaux sociaux avaient communiqué autour du « tout sauf Sarkozy et Juppé » et que c’est François Fillon qui est sorti du chapeau, mais que le candidat Jean-Frédéric Poisson aurait pu – de la même manière – être élu.

François Fillon a précisé à 3 reprises durant cette interview, concernant l’opinion publique contre lui à la suite des « affaires » et de sa future mise en examen, qu’il n’était pas autiste (peu élégant de sa part pour ceux qui souffre de cette maladie). Donc, il est également conscient – que son élection à la primaire est due au hasard de l’effet « tout sauf… ». Incontestablement, il a battu à plate couture Alain Juppé au second tour de la primaire de la droite et du centre et il est l’élu et qu’il ne renoncerait pas !

Résultat, ce matin, Alain Juppé – que certains voyaient comme le « plan B » – a dit qu’il ne se présenterait pas à la présidentielle.

Effectivement, sans le retrait de François Fillon, la candidature d’Alain Juppé serait une catastrophe, mais même avec le retrait de François Fillon, sans décaler le premier tour de la présidentielle, à moins de 50 jours, il est impossible pour un candidat (comme Alain Juppé que tout le monde connaît) de rassembler de manière massive et de gagner.

C’est trop tard, c’est terminé.

C’est certainement l’élection présidentielle la plus calamiteuse de la Vème République, avec le risque réel d’une élection de Madame Le Pen (pour elle, c’est probablement sa dernière chance d’attendre l’Élysée, si elle échoue, à la prochaine présidentielle ce sera certainement sa nièce qui sera candidate).

Mais, pour le moment, pour cette élection des 23 avril et 8 mai, comme on le dirait à la roulette au Casino : les jeux sont faits… rien ne va plus.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com