Accueil / Tests Produits / IRIScan Pro 3 wifi : un scanner compact avec un chargeur de feuilles

IRIScan Pro 3 wifi : un scanner compact avec un chargeur de feuilles

iris160606L’IRIScan Pro 3 wifi est un scanner ultra-compact, il fonctionne sur batterie et il intègre de nombreuses possibilités et fonctionnalités, dont un chargeur de feuilles, c’est surprenant pour une aussi petite machine.

Lors du test du test, du IRIScan Anywhere 3 wifi, j’avais été surpris par la taille de la boîte, pensant à une blague. Avec l’’IRIScan Pro 3 wifi la boîte est un tout petit peu plus grande. Mais, maintenant, je sais que IRIS fait des produits compacts et de qualités.

Dans la boîte, outre le scanner lui-même, on trouve un cd-rom, des documents d’utilisation et de mise en route, un câble USB (mini / normal) pour recharger le scanner (ainsi qu’un chargeur) et une batterie.

Avant de pouvoir numériser des documents, il y a une petite préparation à réaliser.

iris160602Bien entendu, retirer tous les adhésifs protégeant le scanner et installer la batterie.

Comme, j’ai tâtonné un peu lors de cette phase d’installation de la batterie, je préfère la détailler. Elle est se place à l’intérieur du scanner (comme vous pouvez le voir sur les photos).

Il faut ouvrir le clapet du scanner de l’introducteur de feuilles, puis faire basculer vers le clapet marqué « IRIScan Pro ». Comme ça ne s’ouvrait pas, j’ai cherché un verrou. Il n’y en a pas, il faut tirer (mais, c’est une que l’on n’a pas à ouvrir tous les jours, juste pour installer la batterie, puis de temps à autre pour nettoyer la vitre du scanner. Souvent, des utilisateurs accusent leur scanner de se dégrader dans la qualité des numérisations. Dans la plupart des cas, le scanner est innocent, c’est la vitre d’exposition qui est sale. Il faut la nettoyer, avec les lingettes à nettoyer les lunettes, c’est parfait).

Une fois ce clapet ouvert, on a accès à l’intérieur du scanner (vitre d’exposition, galets d’entraînement, …).

iris160603Il faut, encore ouvrir un clapet, celui qui est à l’avant de la vitre d’exposition. Il y a 2 flèches qui pointent vers des ergots qui maintiennent ce clapet fermé. Il faut pousser (doucement) simultanément les 2 ergots vers le centre et ce clapet va s’ouvrir (c’est là ou ce n’est pas très clair sur la feuille de mise en route).

La batterie se glisse dans l’emplacement à droite. Il y a un sens, il y a 3 contacts visibles, il faut que les 3 contacts de la batterie soient alignés sur eux (en mettant le bouton de mise en route du scanner – qui se trouve sur le côté gauche – sur OFF. Mais, il y aura un éclair de lumière venant de la vitre d’exposition au moment de la mise en place de la batterie).

Il ne reste lus qu’à refermer ce premier clapet (attention, il y a un galet bleu avec 2 roues caoutchoutées, il peut se décaler vers la droite, cela bloque la fermeture du clapet. Si c’est le cas, ne forcez pas, repousser cette pièce vers la gauche.

Il ne reste plus qu’à refermer les 2 autres claquets.

Avant de pouvoir numériser, il faut le mettre en charge.

Le scanner a un bouton de mise en marche sur le côté gauche, juste à côté, se trouve la prise USB, à l’arrière un lecteur de cartes mémoire et sur le dessus les boutons pour le piloter et un petit écran.

iris160605Les boutons vont permettre de choisir si on veut numériser en N&B ou en Couleur, créer des fichiers JPEG ou PDF, choisir la résolution 300 ou 600 dpi, activer le wifi et enfin numériser.

Ce qui est étonnant, ce petit scanner a un chargeur de feuilles. Il numérise les pages les unes après les autres et crée un fichier unique pdf (ou autant de fichiers que de pages en JPEG).

Attention, ce n’est pas un chargeur permettant de mettre des dizaines de pages, mais avec quelques pages, j’ai essayé jusqu’à 5 pages, ça fonctionne très bien.

C’est surprenant de le voir attraper les pages une par une pour les faire passer et les éjecter sur l’avant de la machine.

À la première numérisation, j’ai cru que l’IRIScan était en panne, des pages blanche. Comme un imbécile, alors que c’est précisé, j’avais mis les pages avec le texte sur le dessus, alors qu’il faut mettre avec le texte sur le dessous.

En ayant compris mon erreur tout est rentré dans l’ordre.

Pour le fonctionnement, on peut mettre une carte mémoire (dommage que IRIS n’en fournisse pas une avec la machine. Ça ne coûte pas cher, mais on n’en pas toujours sous la main).

Mais, sans carte mémoire, la numérisation est possible, le scanner intègre de la mémoire lui permettant de conserver les documents numérisés.

J’ai utilisé pour le transfert des fichiers numérisés le Wifi (ça prend quelques secondes pour sa mise en route, on voit sur le logo du signal wifi qui grandit. Lorsque le Wifi est actif une petite diode bleue clignote).

On pourrait être tenté d’activer tout le temps le wifi, mais ce n’est pas une bonne idée, la batterie se vide beaucoup plus vite.

iris160607On sélectionne la borne wifi du scanner sur son ordinateur, ce qui ouvre un mini-site web permettant de télécharger le ou les fichiers numérisés.

Sinon, il y a la solution d’utiliser la carte mémoire.

Comme je l’ai déjà écrit concernant l’IRISca Anywhere 3 wifi, l’une et l’autre de méthodes sont aussi rapide, c’est une question de goût.

Le seul problème, avec un scanner à plat on ne peut pas numériser les pages d’un livre, d’un objet épais, l’IRIScan permet de numériser uniquement des feuilles de papier (assez épaisses). J’ai fait un test avec ma carte d’identité, donc un document plastifié épais, le résultat est excellent, l’image est nette et les couleurs correctement respectées. Et pourtant à cause du plastique de la carte, ce n’est jamais évident à numériser (c’est souvent trop sombre et illisible).

Les fichiers numérisés (JPEG et PDF) sont directement lisibles sur un ordinateur. Au-delà des numérisations, le scanner est fourni avec le logiciel de reconnaissance de caractères Readiris, ce logiciel est livré avec plusieurs autres produits IRIS et il mérite un test complet que je publierai prochainement. C’est effectivement un véritablement logiciel d’OCR, très complet, très simple d’utilisation et avec une excellence reconnaissance des caractères (dans la mesure où le document de départ est … lisible).

iris160608L’IRIScan Pro 3 wifi est à la fois un scanner nomade (puisqu’il fonctionne sur batterie et qu’il est tout petit), très pratique pour les gens qui se déplacent beaucoup. Il prendra peut de place dans une serviette.

Mais c’est également, un scanner que l’on peut avoir dans un tiroir et que l’on sort à tout instant pour numériser un ou des documents.

C’est aussi une machine qui sera intéressante à la maison, comme scanner – bien entendu) mais aussi comme photocopieur (on scanne en format pdf et il en reste plus qu’à imprimer. C’est une solution simple qui évite d’avoir de grosses imprimantes multifonctions qui ne s’intègrent jamais bien dans le décor d’un appartement ou d’une maison.

C’est un super scanner, la qualité des numérisations est parfaite et ce qui est appréciable est la taille de la machine. Si l’objectif est de numériser des feuilles et pas un document comme un livre, se trouve que l’IRIScan pro est un bien meilleur choix que d’acquérir un scanner « à plat » qui sont des machines beaucoup plus encombrantes.

Dans un monde où on nous demande de plus en plus souvent, d’envoyer par mail tel ou tel document en pj, avoir ce scanner mignature et de qualité à portée de main  rendra service.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*