Réflexions
A la Une

Investissement Pinel arrive à sa fin

On peut encore investir dans le Pinel jusqu’au 31 décembre 2021 mais cela devient de plus en plus compliqué.

La loi Pinel, du nom de son initiateur, est un dispositif qui permet de devenir propriétaire d’un logement tout en bénéficiant d’une réduction d’impôts, à condition de le mettre en location pendant au moins six ans.

C’est une niche fiscale, honnie par une partie de la majorité, qui dans une peu plus de deux ans n’existera plus.

Le Pinel, comme on dit, est destinée à inciter des épargnants à acheter un bien immobilier, pour le mettre en location, ce qui ne se décide pour ainsi dire rarement, spontanément, d’où l’intérêt de ce coup de pouce fiscal.

Le Pinel connait un certain succès, ce qui a motivé son extension aux logements anciens faisant l’objet de travaux de mise aux normes en termes de performance énergétique.

C’est l’intérêt des niches fiscales, à cause de leur contrepartie.

Le dispositif Pinel se limite aux zones les plus tendue du pays en terme de logements, il permet de bénéficier d’une baisse d’impôts de 12, 18 ou 21 % selon que la durée de la location est de 6, 9 ou 12 ans et on ne peut acheter un bien pour un prix maximum de 300 000 euros.

Une autre limite est celle du loyer, plafonné à 16,96 euros/m2 habitable, un montant largement dépassé à Paris et dans certaines villes du 92.

Indépendamment du plafond de 300 000 euros par bien acheté, le prix au mètre carré habitable ne doit pas dépasser 5 500 euros alors que dans les Hauts de Seine, il fleurte avec les 7 000 euros, alors ne parlons pas de Paris.

Tous ces plafonds font que le Pinel, si l’on trouve un bien qui ne dépasse pas ces plafonds, présente peu d’intérêt pour les investisseurs potentiels.

On peut encore faire des opérations intéressantes en région parisienne, avant le prolongement de lignes de métro déjà programmées et dans des métropoles, en province.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.