PolitiqueRéflexions

Il reste à financer les sous à distribuer par le pouvoir

Les annonces fautes le 10 décembre par le président Emmanuel Macron étaient manifestement improvisées pour calmer la colère des Gilets Jaunes et seules quelques grandes orientations ont été esquissées, le président laissant le soin aux ministres de mettre en musique ses arbitrages, alors qu’à ce stade, beaucoup d’incertitudes demeurent, tant sur le contenu que sur leur financement.

C’est surtout l’augmentation de 100 euros par mois des salariés payés au smic qui pose problème.

On a dit qu’il reposerait sur deux paramètres, une améliorations de la prime d’activité et des exonérations des cotisations appliquées en 2018 aux salariés, puis le dispositif a évolue de façon notoire, il n’est plus question de prendre en considération la suppression des charges des 100 euros, elles viendraient s’ajouter à celle-ci, mais ce n’est qu’un exemple du niveau de flou qui règne dans les esprits.

Des parlementaires de la majorité ont insisté pour que le dispositif soit plus lisible et le plus compréhensible possible, ce qui est loin d’être le cas, avec comme objectif de sortir d’une approche technocratique ce qui est beaucoup demandé, le débat étant la progression de 100 euros, entre décembre 2018 et janvier 2019.

Pour les députés de la majorité , c’est la clé pour restaurer la confiance et avoir le droit de réformer.

Il semble que la mesure en faveur des smicards, si elle porte ses fruits, impliquer un effort budgétaire plus important que prévu et au sein de la majorité on assume de mettre Bercy sous pression, car il n’est pas question de renier la promesse présidentielle de 100 euros et c’est à la Direction générale des finances publiques, la DGFIP de trouver la solution.

Si le bateau tangue depuis les annonces du 10 décembre, c’est aussi quelles sont tombées du chapeau durant le week-end précédent et certaines décisions ont même été arrêtées le jour de l’allocution présidentielle , c’est le cas du relèvement à 2 000 euros du seul d’exonération  du relèvement de la CSG , alors que les retraités attendaient l’indexation de leurs pensions .

Un projet de loi sera présenté le 19 décembre.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.