Accueil / Réflexions / Les héros du Thalys jouent leur propre rôle au cinéma

Les héros du Thalys jouent leur propre rôle au cinéma

Dans cette affaire, c’est le terroriste qui pensait semer la mort dans un wagon de 1èreclasse du Thalys, le TGV qui relie Bruxelles à Partis, qui n’a pas eu de chance, en se trouvant confronté à trois jeunes américains amis d’enfance, dont deux militaires en permission et un étudiant, qui ont réussi à le maîtriser avec le concours d’un passager britannique, qui s’est joint à eux.

Ce sont eux qui ont eu de la chance, car en se jetant sur ce terroriste, ils risquaient la mort, mais l’arme automatique, avec laquelle il allait tirer sur eux, c’est enrayé.

Cela s’est passé le 21 août 2015 dans le Thalys de 15h17, pour Paris et François Hollande, en reconnaissance de leur acte de courage, les a décorés de la Légion d’honneur, une décoration bien méritée.

Tout a été dit et écrit sur ces héros, confrontés à une situation à laquelle rien ne les a préparés et à laquelle ils ont su faire face avec lune détermination exceptionnelle.

Leur exploit méritait de faire l’objet d’un livre qu’ils ont écrit avec le concours d’un journaliste, sorti en janvier 2017 sous le titre « The 15-17 : The True Story of a Terroriste, a Train and Three American Heroes ».

Ensuite, il fallait en faire un film est c’est Clint Eastwood qui s’en est chargé.

Fait rarissime au cinéma, Clint Eastwood, a voulu, pour les besoins de l’authenticité des scènes de violence, non pas de s’entourer d’acteurs professionnels, mais de faire jouer leur rôle par ceux qui l’ont vécu.

Le livre, puis le film leur ont permis de retracer les détails précis de cette journée qui aurait dû être banale, alors qu’ils avaient longtemps hésité à faire un saut à Paris, ils étaient en vacances, en Allemagne et aux Pays Bas et devaient partir pour la Grèce.

Pour eux, le courage ne s’explique pas, « nous étions des types ordinaires placés dans une situation extraordinaire » commenta l’un d’entre eux.

Alors qu’ils étaient des héros du quotidien, Clint Eastwood a fait d’eux des acteurs et rien ne prouve qu’ils tourneront la page après ce film.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.