Accueil / Politique / La fermeture de Fessenheim n’est plus d’actualité

La fermeture de Fessenheim n’est plus d’actualité

L’annulation du permis d’exploitation de la centrale nucléaire de Fessenheim, que le gouvernement voulait acter avant la fin du mandat présidentiel de François Hollande n’a plus de fondement légal, il aurait fallu pour cela que le conseil d’administration d’EDF en décide l’arrêt, ce qui n’a pas été le cas.

EDF gère un parc de 19 centrales regroupant 58 réacteurs conçus à l’origine pour fonctionner 30 ans et dont la durée de fonctionnement pourrait être doublée, en fonction des besoins, pour certains d’entre eux, aux prix d’une remastérisation importante, effectuée sous le contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire.

La centrale de Fessenheim en fait partie, avec ses deux réacteurs, aujourd’hui indispensable à l’approvisionnement en électricité du pays.

Le temps est venu d’oublier la promesse électorale que François Hollande a faite en son temps aux écologistes de fermer la centrale de Fessenheim avant la fin de son mandat et que les circonstances ne lui ont pas permis de tenir.

Mais il n’y a pas que cela qui aura marqué son mandat.

EDF est le bras armé du gouvernement pour gérer l’approvisionnement du pays en électricité, dans le cadre d’un plan qui n’a pas encore été arrêté.

Ce plan nécessitera des capitaux considérables, à la fois pour développer les sources d’énergie renouvelables, à réaliser par des intervenants privés et la   reconfiguration du secteur nucléaire, au plus large du terme, à la charge de l’État.

Il faudra, au cours des deux prochaines décennies substituer progressivement aux sources d’énergies fossiles des sources propres, hydrauliques, éolien et solaire, en recourant à l’énergie nucléaire pour combler les vides, après avoir mis au point une nouvelle génération de réacteurs, en perfectionnant le système EPR,

Il ne faut pas oublier que les énergies renouvelables sont par définition des sources d’énergies intermittentes, qui devront être complétées par le nucléaire, n’en déplaise aux écologistes, sauf montée en puissance des sources renouvelables et possibilités de stocker une partie de l’électricité produite.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , “Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend ”  en ajoutant ” à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit “

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*