IdéesRéflexions
A la Une

Face à la retraite, les salariés sont loin d’être logés à la même enseigne

A cet égard, le gouvernement a raison de vouloir réparer les injustices par la création d’un régime de retraite universel et unique, mais il n’a pas les moyens de réaliser cette réforme dans de bonnes conditions.

Pour faire passer une telle reforme il faut la faire en passant par le haut, en alignant tout le monde sur le régime le plus favorable, or il s’apprête à passer par le bas, faute de pouvoir faire autrement, par manque d’argent.

Les salariés se divisent en deux groupes, ceux du privé, le groupe le plus important, les fonctionnaires et les agents des services publics, qui sont les privilégies en touchant un salaire différé en guise de pension de retraite, défini par leur statut et versé par leur employeur, principalement par l’Etat.

Le gouvernement veut mettre en place un régime unique, en effaçant quelques injustices, sans toucher à l’âge légal de départ à la retraite, tout en réalisant des économies, notamment en mettant fin, progressivement aux régimes spéciaux, qui coutent cher, directement aux finances publiques, pour ce qui est des fonctionnaires et aux établissements publics, dont il veut réduire les charges financières.

Sans chercher à faire l’inventaire des inégalités entre les deux catégories de salariés, contentons-nous d’en citer une, la base de calcul de la retraite du privé et de celle du public, notamment de celle des fonctionnaires, qui est de taille.

Dans le secteur privé, la base des pensions est la moyenne des 25 meilleures années, alors que pour les fonctionnaires s’est le salaire de fin de carrière qui est pris en considération et, l’usage veut, de donner à celui qui part à la retraite, une ultime promotion.

Ainsi, un fonctionnaire qui a fait toute sa carrière en catégorie C passe en catégorie B à la fin, pour le calcul de sa retraite.

Un autre point de friction est la valeur du point, dont dépend le montant des pensions et qui, dans un régime par répartition, ne peut pas être garanti, il est le produite de la division de la masse de cotisation à répartir entre le nombre de points à servir, une opération indépendante de la volonté des gestionnaires du régime, qui peuvent juste vérifier le calcul.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer