CommuniquésTechno.

Établissements Recevant du Public : L’application de la norme EN 1125 peut sauver des vies !

Les mouvements de foule peuvent rapidement conduire à l’affolement, d’autant plus dans les Établissements Recevant du Public (ERP). Les voies d’évacuation et issues de secours peuvent donc sauver des vies si elles garantissent une ouverture facile et immédiate par tous. Des conditions fixées par des normes et réglementations mais encore trop peu respectées. En France, 4 000 normes sont publiées ou retirées chaque année et seules 1­ % d’entre elles sont d’application obligatoire (Source : AFNOR). Parmi elles, la norme EN 1125, à ce jour inappliquée dans bons nombres d’établissements, au risque de vies humaines. Précurseur dans la fabrication des barres anti-panique en France, JPM fait partie du comité d’étude et de révisions de cette norme. Retour sur son histoire tragique, son cadre réglementaire et les raisons qui devraient la rendre incontournable.

En matière de construction et d’urbanisme, il existe près de 4 400 normes en vigueur. Ces réglementations relèvent de la sécurité, de la qualité d’usage, de l’accessibilité et de la performance énergétique. Cependant, les acteurs du marché sont toujours à l’affût de solutions alternatives pour les contourner.

146 morts dans la discothèque “Le 5-7” : le drame à l’origine de la norme EN 1125

Le 1er novembre 1970, à Saint-Laurent-du-Pont en Isère, un incendie se déclare dans la discothèque “le 5-7”. Prises au piège dans les flammes, 146 victimes succombent par asphyxie ou brûlées vives.

Les raisons ? Les personnes présentes ont tenté vainement de sortir par les tourniquets qui ne tournaient que dans le sens de l’entrée.

Ce drame sensibilise alors les autorités françaises et donne naissance en 1978 à la 1ère norme sur les fermetures anti-panique. La norme NF P26-315 confirme que les issues de secours doivent dorénavant être équipées de portes en sortie toujours libres, dans le sens de la sortie.

Après plusieurs révisions, en 1983 et 1989, cette norme française s’est transformée en

norme européenne EN 1125. Publiée en 1997, puis révisée en 2003 et 2008, elle continue d’évoluer afin de toujours mieux protéger les personnes. Une prochaine version sera publiée à partir de 2020.

Savoir définir et déterminer une situation de panique

Une situation de panique se présente majoritairement quand les personnes ne sont pas familières des lieux tels que les hôpitaux, les centres commerciaux, les établissements scolaires, les musées, …

Dans ce type d’établissements, les personnes présentes n’ont pas été formées à l’exercice d’évacuation et ne connaissent ni les plans du bâtiment ni les règles essentielles d’évacuation, comme cela est le cas sur les lieux de travail.

Ainsi, afin d’assurer une évacuation efficace et en toute sécurité, les ERP doivent équiper leurs issues de secours de barres anti-panique certifiées EN 1125.

Première marque à lancer la barre anti-panique en France, JPM s’implique et contribue à l’évolution de la norme EN1125.

Le groupe de normalisation européen, pour lequel je représente la France, se réunit régulièrement afin de préparer l’évolution des 3 normes européennes qui réglementent les issues de secours. Nous analysons les demandes des Etats membres concernant des cas d’applications et nous harmonisons les méthodes de test pour les laboratoires européens. Ces tests sont spécifiques aux situations de panique qui peuvent malheureusement se rencontrer dans un établissement recevant du public. De nombreux produits de verrouillage standards ne peuvent prétendre les réussir ”, commente Jean-François Seguin, Responsable Recherche & Développement, ASSA ABLOY France.

Bien que celles-ci contribuent à protéger nos vies au quotidien, beaucoup de bâtiments négligent encore aujourd’hui leurs solutions d’évacuation. Des équipements de porte inappropriés tels que les boutons moletés remplacent parfois les barres anti-panique. Cette alternative n’est vérifiée par aucune norme, et en cas de pression d’une foule en panique sur la porte, l’ouverture facile et correcte n’est pas garantie. La vie des personnes présentes dans le bâtiment peut alors être mise en danger ”, ajoute Anne Lavie, Chef de produit chez JPM.

Les exigences pour les barres anti-panique mécaniques

La norme européenne EN 1125 décrit les exigences d’une barre anti-panique afin d’assurer l’évacuation dans un lieu public en cas de panique :

La sortie doit être toujours libre. Il doit être impossible pour quiconque de verrouiller la barre anti-panique du côté des sorties. L’entrée peut être verrouillée pour sécuriser le bâtiment mais en aucun cas la sortie. La barre anti-panique est conçue dans ce but.

L’ouverture doit se faire dans le sens de la poussée, jamais en tirant la porte. Si plusieurs personnes se précipitent vers la porte, celle-ci doit suivre le mouvement naturel de la foule.

La manœuvre de la barre anti-panique doit être facile et très intuitive. Les personnes présentes dans un ERP ne connaissent pas les équipements des portes et doivent donc pouvoir les ouvrir instinctivement.

Une barre anti-panique doit couvrir au minimum 60% de la largeur de la porte pour être accessible facilement. En cas de panique, plusieurs personnes peuvent se précipiter simultanément vers la porte. L’équipement de la porte doit être atteignable peu importe la position de la personne. Par exemple, une poignée de porte standard peut être difficile d’accès car elle couvre beaucoup moins de surface sur la porte.

En cas de panique, la foule peut exercer une très forte pression sur la porte. Contrairement aux idées reçues, ce phénomène n’aide pas à l’ouverture de la porte mais il peut la bloquer si elle n’a pas le bon équipement. Une barre anti-panique est le seul équipement testé sous une pression de 100 kg lors d’une évacuation.

Grâce à tous ces tests et ces critères, une barre anti-panique garantit l’évacuation sécurisée et efficace de toutes les personnes : enfants, personnes âgées, personnes à mobilité réduite, … Et en cas d’incendie, même les personnes rampant au sol à la recherche d’oxygène, pourront utiliser plus facilement la barre anti-panique pour évacuer en toute sécurité.

Les caractéristiques techniques de la norme EN 1125

  • Fonctionnement testé entre -10°C et +60°C.
  • Arêtes et angles arrondis à un rayon supérieur ou égal à 0.5 mm
  • Espace entre la barre et la surface de la porte supérieur à 25mm.

Saillie:

  • Maximum 150 mm en catégorie 1
  • Maximum 100 mm en catégorie 2

Organe extérieur de manœuvre (clé, cylindre, béquille ou bouton) tel que spécifié par le fabricant de la fermeture anti-panique.

Force requise pour déverrouiller la fermeture anti-panique, avec une porte non chargée : < 80N.

Force requise pour déverrouiller la fermeture anti-panique, avec une porte sous charge < 220N.

Endurance :

  • 100 000 cycles pour le grade 6
  • 200 000 cycles pour le grade 7

Pour les besoins de la norme européenne, les fermetures anti-panique doivent être classées selon le système de classification à 10 caractères.

A propos de JPM :

Créée en 1645 par l’horloger Jean-Pierre Maquennehen, la première manufacture de serrures de France devient rapidement un acteur majeur du marché de la sécurité des bâtiments (ERP/IGH/ERT). Pionnier dans le lancement de la barre anti-panique sur le marché français en 1970, JPM rejoint le groupe suédois ASSA ABLOY en 1997. Véritable marque d’innovation, JPM propose une gamme complète de produits pour l’évacuation des personnes, le contrôle des issues de secours, la gestion des accès et le contrôle d’accès autonome. En 2018, la marque comptait 58 collaborateurs et son chiffre d’affaires s’élevait à 25,5 millions €.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page