PolitiqueRéflexions

En Espagne la Catalogne demandera dimanche son indépendance

Ce qui se passe en Espagne, de l’autre côté des Pyrénées, dans le pays Catalan, ne peut pas nous laisser indifférent, car la culture et la langue catalane sont présentes chez nous, jusqu’à Perpignan, mais dans des structures différentes.

L’Espagne, depuis la chute de Franco, c’est profondément transformé, tout en restant un royaume, dont le Roi, qui règne mais qui ne gouverne pas, doit assurer l’unité.

Il se trouve qu’une partie, la plus agissante de la population de la Catalogne, la province la plus riche d’Espagne, avec comme capitale Barcelone la deuxième ville d’Espagne, qui concurrence Madrid, veut obtenir son indépendance en proclamant la République.

J’ai séjourné régulièrement, durant 20 ans, à titre professionnel, à Madrid et à Barcelone, dans des conditions sympathiques, sans faire la différence entre les deux villes, ne parlant ni espagnol ni catalan.

J’ai simplement retenu que Barcelone était bilingue et qu’à Madrid la variété de fruits de mer était plus grande que celle que l’on trouvait à Barcelone, bien que grandiose, mais limitée aux ressources de la Méditerranée.

L’Espagne d’aujourd’hui n’est pas un État centralisé comme la France, qui évolue aussi vers un certain régionalisme, alors que les régions espagnoles bénéficient d’une large autonomie, mais partout dans le monde, il y a des gens qui veulent prendra la place des khalifes, en faisant croire au bon peuple que l’herbe sera plus verte une fois l’indépendance conquise.

Cela n’a rien de dramatique tant que les urnes parlent et pas la rue, il faut au besoin modifier la constitution, pour laisser le peuple qui n’accepte pas de se sentir prisonnier, car tout doit pouvoir se régler par la négociation.

Si l’Union européenne a prévu la sortie de ses membres, comme c’est la volonté de la Grande Bretagne, ce n’est cas le cas de nos vieux pays d’Europe, qui doivent aborder les problèmes qui se présentent avec pragmatisme.

En Espagne, c’est le rôle du Roi d’appeler à l’unité, en étant mieux placé qu’un président de la République élu pour cinq ans.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.