Accueil / Réflexions / En France la fécondité des femmes est globalement en baisse

En France la fécondité des femmes est globalement en baisse

L’indicateur de la fécondité est de 1,92 enfant par femme en âge de procréer, en 2016, selon une étude de l’INSEE, qui vient d’être publiée le 13 décembre.

Il en ressort une inflexion de la fécondité, qui a débuté en 2015, après neuf années de relative stabilité, soit la période 2006-2014, où l’indice tournait autour de deux enfant par femme.

Cette baisse de fécondité touche tous les âges, mais touche plus fortement les femmes des jeunes générations, moins de 35 ans, depuis 2015.

Entre 35 ans et 39 ans la fécondité a également commencé à décliner depuis 2016.

Le mouvement de retard des naissances continue de se prolonger et les mères qui accouchent sont de plus en plus âgées, avec un âge moyen à la naissance qui atteint aujourd’hui 30,5 ans alors qu’il était de moins 30 ans jusqu’en 2010.

La chute de la fécondité concerne désormais des femmes de tous les niveaux de la vie une tendance qui a été observée d’abord parmi les milieux modestes et très modestes, pour s’étendre à la moitié des femmes aux niveaux de vie les plus élevées, selon les observations faites par l’INSEE.

Ceci ne concerne pas l’ensemble de la population, la fécondité des femmes immigrées reste actuellement stable, avec environ 2,7 enfants par femme soit un niveau inchangé entre 2012 et 2016.

Cependant leur contribution à la fécondité globale du pays reste limité selon l’INSEE, de l’ordre de plus 0,1 enfant par femme.

Malgré cette baisse de fécondité, la France reste en Europe, avec l’Irlande à la première place, en sachant qu’elle a baissée dans tous les pays de l’OCDE, après la crise de 2008, fortement touchés par le chômage

La baisse arrive plus tard chez nous, probablement à cause de notre politique familiale et sociale, par contre, d’autres pays commencent par voir leur fécondité remonter.

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.