IdéesInfosRéflexions
A la Une

Des idéalistes préparent les transports alternatifs à l’avion

Suivant l’exemple de la jeune Suédoise Greta Thunberg qui a traversé l’atlantique sur un voilier de 46 mètres, le Regina Maris pour se rendre à l’ONU à New York où son discours a fait sensation, cette fois-ci, ce sont 36 européens qui vont traverser l’Atlantique sur ce voilier, partant d’Amsterdam, terminus Rio, puis poursuite du voyage en car, pour se rendre à Santiago du Chili, pour participer à la COP 25 qui s’y tiendra cette année.

Ils viennent d’embarquer le 2 octobre sur le voilier, sans être des marins aguerris, pour dénoncer les émissions de gaz à effet de serre du secteur aérien, pour la capitale du Chili, où se tiendra du 2 au 13 décembre la prochaine conférence sur le climat la COP 25ème de la série.

Ces 36 européens, des étudiants, des scientifiques ou simplement des activistes du climat ou des entrepreneurs, alerteront sur l’impact pour l’environnement du transport aérien et réfléchiront au développement d’alternatives durables, accessible et attractives, comme la navigation à voile d’antan.

C’est un voyage très symbolique pour une jeune militante belge de 18 ans qui explique que le but n’est pas de dire que tout le monde doit désormais se déplacer en voilier, elle voit dans cette traversée la métaphore d’un autre passage celui d’un ancien monde industriel basé sur les énergies fossiles, à un nouveau monde de société neutre en carbone que l’on doit atteindre en 2050 pour éviter la catastrophe.

C’est une transition est « difficile mais possible », juge-telle, à l’image du périple de 10 000 km qu’elle va devoir endurer, un peu inquiété, par la traversée l’Atlantique en voilier.

Cette traversée, baptisée Sail to the COP, en évoque une autre, très médiatisée, celle de la jeune Suédoise, l’icône de la lutte des jeunes contre le changement climatique, qui manifestent chaque vendredi au lieu d’aller au collège ou au lycée, selon leur âge.

Renoncer à l’avion pour sauver le climat s’inscrit dans un récent mouvement de refus et de « honte » de prendre l’avion, le « flygskam » au moment où le secteur aérien connaît une croissance exponentielle, avec quatre milliards de passagers en 2018.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.