InfosRéflexions
A la Une

Demain les filets des pêcheurs devront être biodégradables

Les filets de pêche abandonnés ou perdus par les pécheurs, ce qui revient au même, représentent 27 % des déchets retrouvés sur les plages européennes en 2018, selon la Commission européenne.

C’est un danger pour la biodiversité et pour la qualité de l’eau auquel doit s’attaquer le projet Indigo, en anglais « Innovation fishing gear for ocean ».

Ce projet est piloté par l’Université de Bretagne Sud, il a été présenté à Lorient le 12 février avec pour objet de développer du matériel de pêche en plastique biodégradable, grâce au partenariat transfrontaliers entre six instituts de recherche et quatre partenaires industriels français et britanniques.

L’objectif est de réduire de 3% la quantité totale de plastique dans la zone de la Manche.

Estimé à 4,2 millions d’euros, le projet sera subventionné à hauteur de 69 %, par le fonds européen de développement régional du programme de coopération Interreg France Manche.

Indigo est né dans le cadre du laboratoire de projet sur la pollution plastique, qui couvre la filière de production du filet de pêche, depuis la formulation du mélange de plastique à l’analyse économique, en passant par l’élaboration des prototypes de fils.

L’objectif est aussi de démontrer que c’est possible d’avoir un filet biodégradable en évitant un transfert de pollution et en contrôlant la durée de vie de ce qu’on va mettre sur le marché.

Le module de travail est transversal, nous intégrons dès le début les professionnels pour comprendre leurs besoins et favoriser l’adoption du nouveau produit, car le filet ne doit rien changer aux habitudes du pécheur.

Le projet Indigo comporte également un volet préventif enfin d’établir par la suite un guide des bonnes pratiques.

Il fut une époque, dans les années 1980, où les marins ramenaient rarement les filets cassés, qui étaient abandonnés en mer, ainsi mêlés aux autres déchets., ceux que l’on ramasse aujourd’hui, en attendant l’arrivée des filets biodégradable immergés en milieu marin, au-delà du projet Indigo.



Booking.com

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer