Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

De moins en moins de médecins libéraux se portent volontaire pour effectuer des gardes

Le taux de volontariat est en baisse constante au point qu’en 2019, moins de quatre médecins généralistes libéraux sur dix ont participé à au moins une seule garde en soirée, la nuit et le week-end, selon un rapport publié le 13 février par le Conseil National de l’ordre des médecins.

En 2019, sur environ 63 000 médecins généralistes, susceptibles de participer à la permanence de soins, un peu plus de 24 000 ont été inscrit à au moins une garde l’an dernier, ce qui fait que ce « taux de volontariat national » a été boudé par 61,9 % d’entre eux, en hausse de 0,5 % points par rapport à 2018.

L’âge moyen des médecins participant est de 47 ans, ce qui prouve que ce « devoir national » n’est plus respecté par les jeunes qui sortent des facultés, alors que leurs études sont payées par les contribuables. Est-ce encore longtemps tolérable ?

En sortant des facultés, ils s’installent là où ils veulent, de préférence là où il y a une clientèle solvable en mesure de faire face aux dépassements d’honoraires, en laissant se créer des déserts médicaux, c’est ça notre médecine d’aujourd’hui.

Les communes qui font l’effort d’ouvrir une maison de santé, les anciens « dispensaires » ont du mal à recruter un nombre suffisant de médecins salariés, très rapidement débordés, qui ne font pas de visites à domicile ni de gardes, mais redonnent vie aux villages où ils sont implantés.

La situation est très variable selon les départements, ainsi dans les Vosges 82 % des généralistes participent aux gardes, contre seulement 5 % à Paris, où la présence d’associations de type SOS Médecins entraine une professionnalisation de cette activité.

C’est aussi le cas dans d’autres grands centres urbains, ce qui engendre dans certains départements des disparités entre les territoires ruraux et urbains, ce qui a obligé à procéder à des réquisitions préfectorales de manière récurant, en 2019, dans les zones les plus délaissées.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer