Accueil / Idées / De la manière de présenter les choses

De la manière de présenter les choses

pouces1603En fonction du message que l’on désire fait passer, à partir de données qui sont identiques ou presque, l’analyse et donc les conclusions peuvent être à l’opposé.

C’est le principe de l’analyse de la bouteille et du liquide qu’elle contient. Imaginons, j’ai une bouteille d’un litre dans laquelle il y a 0,5 litre de jus de raisin.

Certains diront « cette bouteille est à moitié pleine, il reste suffisamment de jus de raisin »

Mais d’autres, auront une toute autre analyse et diront « cette bouteille est à moitié vide, il ne reste presque plus de jus de raisin ».

Qui a raison et qui a tort, c’est juste une question de point de vue.

Vous devez vous demander dans quel délire je suis en train de vous entraîner.

Vous avez probablement compris, au fil des billets que je publie que j’aime bien toutes les nouvelles technologies et en ce moment, la sortie prochaine de l’Apple Watch (la montre connectée d’Apple) fait couler beaucoup d’encre. D’autant plus qu’elle a été véritablement présentée, elle existe, la date de lancement est fixé et sur les sites internat d’Apple la gamme complète est présente avec les tarifs (mais on ne pas – pour l’instant – la commander).

La question que certains se pose, est de savoir combien Apple va vendre de cette famille de montres (les modèles les plus coûteux en or dépasse allégrement de 10 000 euros et la moins la Watch Sport est tout de même à près de 400 euros).

Mais revenons « à la manière de présenter les choses ».

Sur le site internet GMT (Génération Nouvelles Technologie), on peut lire dans un article sur l’Apple Watch : « Un sondage réalisé par le cabinet Ipsos pour Reuters… Portant sur un échantillon d’un millier de consommateurs américains, il observe que 69 % d’entre eux affirment ne pas être intéressés par l’achat d’une montre Apple Watch. »

Sur 2 autres sites :
– Sur le site Mac4Ever «… d’après un récent sondage Ipsos… soumis à 1 245 personnes entre le 9 et le 13 mars,… 25 % se disent intéressés par un achat. »
– Sur le site Stuffi : « Adobe a sorti le premier les résultats de son sondage mené quelques heures seulement après la présentation… 27 % des 1 000 Américains sollicités vont ‘ très probablement ‘ acheter l’Apple Watch »

Grosso modo, c’est à peu la même chose, plus de 2/3 n’envisagerait pas d’acheter l’Apple Watch et plus d’1/3 envisagerait de l’acheter.

À partir des mêmes chiffres, de manières de présenter les choses. Sur le site GMT est mis en avant l’aspect négatif du non-achat : 69 % affirment ne pas être intéressés. On a une impression de rejet de cette montre connectée.

Et puis, dans les 2 autres cas, alors que les chiffres sont comparables, on retient l’aspect positif, avec 1/4 à plus d’1/4 des personnes sondées pensent acheter l’Apple Watch.

Dans ce cas, il s’agit simplement d’une montre, mais en ce moment avec les élections, en France, qui approche (le premier tour a lieu Dimanche) on constate la même chose d’un support presse à l’autre concernant la manière d’aborder les prévisions de résultats entre les 3 principaux partis en lice (par ordre alphabétique) : FN, PS et UMP.

Ce qui prouve que pour se faire une idée, dans un domaine ludique comme les objets connectés ou politique, il ne faut se contenter d’une seule source d’information, les journalistes (mais c’est leur métier) ont une fâcheuse tendance à vouloir nous manipuler.

Avez-vous confiance dans les résultats des sondages ?

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com