Accueil / Réflexions / De façade

De façade

Que dire de cette phrase d’un journaleux sur une course cycliste belge : « personne n’est passée sans mal ».

Heureusement que le Peloton, lui, a bien compris qu’il valait mieux pour tous que tout le monde passe sans mal.

D’accord, il est facile de railler, mais lui est un pro diplômé pour débiter intelligemment des âneries alors pas de quartier.

C’est le lot de tout salarié d’entreprise.

Toutefois, il en est pas comme les autres, l’économie sociale ne doit jamais oublier que non seulement dans son appellation il y a social mais encore il n’y a pas capital et ça l’est.

Le social vise bien entendu sa destinée, son but, son objectif vers les clients qui seront appelés autrement pour différencier les chemins bien que cela ne soit plus vraiment vrai à ce jour.

Pourtant, le fait d’appeler ceux pour qui le service, le produit est rendu sociétaire, bénéficiaire, etc.

, n’est pas réducteur mais au contraire porteur d’exigence supérieure.

Le client participe malgré lui au seul objectif d’enrichissement des actionnaires via, si tout est conforme, le bénéfice financier de l’entreprise.

Le sociétaire, bénéficiaire, etc.

participe à donner du sens à la vie humaine, sociétale.

Les premiers s’arrête à la seule qualité, satisfaction du besoin primaire, le deuxième reste solidaire, est suivi par une entité humaine dont son seul capital est l’humain.

Les partis politiques, comme les autres associations sont de l’économie sociale.

Il est donc inadmissible que quelque soit les divergences, un individu soit sèchement viré comme l’a été la vice présidente du parti de droite extrême.

Son seul crime est celui de lèse majesté, l’impensable acte dans les coulisses du pouvoir.

N’étant pas de son bord, je pourrais m’en réjouir d’être hors.

Mais non, car il n’est pas certain que le comportement ailleurs soit plus humain.

Et dès lors, l’on se demande bien comment des types, des femmes peuvent conduire un pays une fois élu et emmené ses citoyens vers un meilleur nous…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.