Accueil / Réflexions / Création de ZTL en France

Création de ZTL en France

Les Zones à trafic limité en ville, les ZTL devraient voir le jour en France.

C’est une organisation de la ville déjà très répandue en Italie à laquelle commence par s’intéresser des élus locaux, comme l’adjoint au maire de Strasbourg, en charge de la mobilité alternative, un enthousiasme partagé par des élus d’autres villes, plus ou moins importantes.

Cependant, en France, on s’oriente plutôt vers le principe des ZFE, les « zones à faibles émissions de polluants » dans lesquelles une quinzaine de grandes villes se sont engagées le 8 octobre, à mettre en place ce dispositif qui limite l’accès des villes aux véhicules les plus polluants.

Les zones à trafic limité existent en Suisse et en Allemagne, la première ville française, Nantes en a créé une en 2012, en plein centre-ville, sur un axe qui comprenait, avant la création du tram, dans les années 1990, deux fois trois voies.

Il va de soi, que l’instauration de zones à trafic limité doit s’accompagner du développement des transports en commun, ce qui s’est passé à Orléans, avec la création de deux lignes de trams, permettant à partir du centre de la ville, où elles se croisent pour traverser l’agglomération dans quatre directions.

Les Zone à faibles émissions de polluants, les ZFE comporte un biais social auquel leurs promoteurs n’ont probablement pas pensé.

C’est le cas de l’ouvrier ou de l’artisan qui doit se rendre actuellement à son travail avec une vieille voiture diesel, qu’il n’a pas les moyens de remplacer, par un véhicule moins gourmand en carburant et en frais d’entretien, sinon , il l’aurait déjà fait, sans attendre son interdiction d’accès en centre-ville.

Il sera réduit, l’un à perdre son emploi et l’autre une partie de sa clientèle, une fois sa voiture inscrire sur la liste noire des véhicules interdits de circuler en centre-ville.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.