Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Carlos Ghosn reste dans le collimateur des dirigeants de Nissan

Alors que la garde à vue de leur ancien président touchait à sa fin, Nissan a porté plainte contre lui au pénal pour abus de confiance aggravé, devant la justice japonaise.

Déjà accusé par Nissan d’avoir détourné de fonds du groupe ; il a été de nouveau inculpé, cette fois pour abus de confiance aggravé, a confirmé le tribunal de Tokyo, saisi pour le juger.

Alors que sa garde à vue devait se terminer le 22 avril, cette nouvelle mise en examen, la quatrième, permet à la justice de le maintenir en détention, ce qui fait que ses avocats ont prévenu qu’ils déposeraient aussitôt une demande de remise en liberté sous caution.

Depuis son arrestation le 4 avril à son domicile de Tokyo, un mois à peine après avoir quitté la prison sous caution, Calos Ghosn était interrogé sur des transferts d’argent émanant du groupe Nissan, à un distributeur de véhicules du constructeur à Oman.

Sur un total de 15 millions de dollars versés à cet intermédiaire entre fin 2015 et mi-2018, 5 millions auraiet été utilisés à des fins d’investissements personnels, selon le bureau des procureurs, ce qui, de l’avis des experts sont les éléments les plus graves reprochés à ce jour à Carlos Ghosn, en impliquant une société d’investissement contrôlée par son fils Anthony aux Etats-Unis.

L’argent aurait aussi servi à l’achat d’un luxueux bateau sur lequel son épouse a été entendue à Tokyo, avant de retourner, étant de nationalité américaine, aux Etats-Unis.

Après avoir demandé à Paris l’interventions d’Emmanuel Macron, elle demande maintenant à Donald Trump d’intervenir.

Cette affaire prend une tournure politique en sachant que le premier ministre japonais, Shinzo Abe, doit rencontrer les deux chefs d’Etat, français et américains à l’occasion du G20 au Japon, à ce sujet.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.