Accueil / Tests Produits / La caméra de surveillance Canary Flex

La caméra de surveillance Canary Flex

Sous la dénomination Flex se cache une nouvelle caméra « Canary », différente de la précédente, que j’avais présente en juillet 2016.

La Canary Flex reprend les fonctionnalités de son aîné et ajoute des possibilités nouvelles.

Au premier contact, elle petite et hyper-massive. Je m’attendais à un poids, il n’en est rien. Ce poids n’est pas dû à fantasme des concepteurs.

Le Canary Flex intègre une batterie et un aimant.

Contrairement à sa grande sœur, la Canary Flex peut fonctionner en étant branché sur le secteur ou sur batterie. Sans se connecter trop souvent, mais en la laissant détecter des mouvements et envoyer des alertes, l’autonomie est remarquable. J’ai chargé ma Canary Flex, il y a 15 jours, et il lui reste 59 % d’autonomie sur batterie.

Cette nouvelle caméra peut fonctionner à l’intérieur ou à l’extérieur. La mienne est à l’extérieur et malgré le mauvais temps actuel. La mienne a déjà subi un peu de neige, des chutes de grêle, la pluie et par moments des températures inférieures à zéro. Elle fonctionne toujours aussi bien. Et c’est dans ces mauvaises conditions que ça batterie tient, tout de même, la charge.

Pour la fixer, il suffit de visser son support et de poser la caméra sur celui-ci, elle tient aimanté sur celui-ci (ce qui explique la présence d’un aimant dans le corps de la caméra). Ça tient parfaitement bien, et on peut tourner la caméra pour l’orienter comme il convient.

Le fait qu’elle soit aimantée est indispensable, en extérieur, pour la retirer et l’emporter à l’intérieur pour la brancher sur son chargeur. Beaucoup plus pratique que devoir la dévisser à chaque fois qu’il faut recharger les batteries.

Bien entendu, avant de pouvoir utiliser la Canary Flex, il faut l’installer, je parle que maintenant alors que c’est la première chose à faire, c’est tellement simple et automatique, mais c’est tellement simple que quelques mots suffiront.

La seule chose, complexe, connaître le mot de passe de son réseau wifi.

Il y a une application à installer sur son smartphone, dans mon cas un iPhone. Le Canary se pilote depuis son smartphone et une simple connexion en 3G suffit à avoir une bonne image. Ensuite, une fois le Canary branché, il suffit de se laisser guider, ça fonctionne dès le premier essai (ce qui n’est pas toujours le cas avec les caméras IP).

En ayant déjà une Canary, l’installation de celle-ci est immédiate, elle s’ajoute à l’application et on peut zapper d’une caméra à l’autre.

On peut piloter le Canary en étant dans l’appartement ou la maison ou il se trouve, mais également – et c’est cela qui est important – de n’importe où. 2 conditions pour que la connexion soit possible. Que le Canary soit connecté à internet (donc ne pas éteindre sa box en sortant de chez soi, j’en connais qui le font) et que son smartphone soit – lui-même connecté à internet.

Avec la Canary Flex on va avoir l’image, le son, la possibilité d’utiliser le haut-parleur pour dire un message voir déclencher une alarme. Il faut savoir que lorsque la Canary Flex fonctionne sur batterie, il y a un petit temps de latence avant d’avoir une image (la caméra étant en attente pour économiser sa batterie).

L’idéal, avoir dans la maison une (ou des) Canary et à l’extérieur une (ou des) Canary Flex.

Pour vous procurer la Canary Flex, cliquer ICI

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.