Accueil / Réflexions / Burkini : et si on arrêtait d’en faire la promotion !

Burkini : et si on arrêtait d’en faire la promotion !

plage20008Durant les 3 premières semaines du mois d’août, je n’ai rien écrit (ce sont les vacances), juste observé et lu beaucoup.

Et en dehors des JO qui ont occupé au maximum l’espace (ce qui est normal, c’est un événement sportif planétaire), il y a le Burkini.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Burkini est un maillot de bain féminin qui couvre le corps des pieds à la tête, laissant visible uniquement le visage, les mains et les pieds.

Un peu comme les maillots de bain du début du XXème siècle, la cagoule en plus.

Le Burkini est un maillon de bain que portent certaines femmes de confession musulmane.

En faisant quelques recherches sur internet, ce maillot n’est pas une invention de l’été 2016, il existe depuis de longues années, sans que cela n’offusque personne. Ou plutôt, personne n’en parlait et personne ne se préoccupait de la manière n’être vêtu à la plage.

Chacun se baignant, à la plage, habillait comme il le souhaite (à la piscine s’est différent pour des raisons d’hygiène. Par exemple, les hommes ne peuvent pas porter un maillot de bain short et doivent avoir de petits maillots).

Lorsque j’étais enfant, avec mes copains on se baignait en maillot de bain, et je trouvais bizarre les enfants venant de Hollande ou d’Allemagne se baigner en gardant le tee-shirt. Mais, personne n’a jamais fait de remarque ou n’a proféré d’interdiction. J’ai appris, par la suite que c’était pour se protéger du soleil.

Aujourd’hui, avec le Birkini, il y a 2 cas de figure.

Les femmes qui ne portent parce que c’est leur mode de vie, leur conviction, ce n’est pas effet de mode.

Les femmes qui portent un Birkini par provocation pour braver l’interdit et qui les années passées se mettaient en maillot de bain.

Le simple fait d’en parler, que la presse et les réseaux sociaux reprennent cela en cœur tout au long de l’été, qu’il y ait des interdictions prises dans certaines villes, poussent certaines à la provocation en portant un Birkini.

Le mieux, aurait été de ne rien dire, de ne rien faire. Celles qui avaient commencé à le porter par provocation se seraient vite lassées voyant que cela n’avait aucun effet et nous serions restés dans la situation d’une minorité portant par réelle conviction ce type de maillot de bain.

La saison balnéaire se termine et ce faux problème passera aux oubliettes pour cette année.

Le comportement cet été face au Burkini est le plus idiot que l’on puisse imaginer : faire de la publicité pour quelque chose d’atypique que l’on ne veut pas voir sur nos plages. Et pousser des femmes, qui n’y avaient pas pensé à le porter.

Bien entendu, sur une plage, cela donne un effet étrange de voir des femmes en Burkini et d’autres – à l’extrême – en monokini. Entre nous, laquelle est la plus sexy, celles qui montrent rien ou celles montrent tout ?

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*