Accueil / Faits d'actualité / Après la catastrophe en Italie on s’interroge sur l’état des ponts en France

Après la catastrophe en Italie on s’interroge sur l’état des ponts en France

Nous avons raison de nous en inquiéter, car selon la synthèse d’un audit commandé par le gouvernement, 7 % des ponts du réseau routier national non concédé à des entreprises privées, qui en compte 12 246, pourraient présenter un risque d’effondrement, ce qui en fait plus de 850.

Cette forte dégradation varie selon les régions, d’après les données issues du ministère de la transition énergétique et solidaire, que l’on trouve sur la plateforme publiquedata.gouv.frqui concerne l’année 2016 et uniquement ceux sur le réseau national non concédé.

L’état des ouvrages est détaillé par secteur géographique correspondant à une direction interdépartementale des routes, selon une classification détaillée sur le site par le ministère.

Les ouvrages les plus à risques sont classés 3 U, dont la structure est gravement altérée au point de nécessiter des travaux de réparations urgentes.

122 ouvrages font partie de cette catégorie, dont 10 % des ouvrages en Guyane, 3,4 % en zone Méditerranée, contre seulement 0,4 % des ponts en Île de France.

À ces ouvrages classés 3U, il faut ajouter des ouvrages de « type 3 » qui doivent être soumis à des rénovations, même sans révéler un caractère urgent et qui représentent 6,4 % des ponts sur le réseau national.

Ne sont pas détaillés les quelque 200 000 ponts du secteur secondaire, sur les routes départementales et vicinales, souvent de petite taille, mais supportant tout de même le passage de gros camions qui se dirigent vers des services de logistiques de centre d’éclatement locaux ou qui en proviennent.

En haut du classement, se trouve la zone Centre-Ouest, qui recouvre les régions Nouvelle Aquitaine et Centre Val de Loire, comprenant le plus d’ouvrages d’art en bon état, alors que dans les zones Nord et Méditerranée, seule la moitié des ponts est dans cet état, mais c’est la zone Est qui est celle qui doit prévoir le plus de travaux.

Cette situation trouve plusieurs explications et parmi elles, le faible budget consacré, dans le passé, au réseau routier.

Face à ce constat, la ministre des Transports, Elisabeth Borne a affirmé sur France info que l’enveloppe prévue pour l’entretien du réseau routier national continuera à augmenter dans les prochaines années, alors que ce sont déjà plus de 628 000 m2 de ponts qui nécessitent des travaux de réparations en France.

Dans ce contexte, il faut s’attendre de voir, des ponts fermés temporairement à la circulation, en de risque d’effondrement imminent.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.