Accueil / Réflexions / La violence gâche la fête

La violence gâche la fête

foot1306Depuis quelques jours c’est ouvert l’Euro 2016, que la France organise cette année. Pour ceux qui ne seraient pas au courant, il s’agit de matchs de foot opposant des équipes européennes.

Bien entendu, la France accueille nombre de supporters venus de toute l’Europe pour encourager leur équipe nationale.

Alors, que se devrait être un plaisir, une fête, d’accord avec le stress durant les matchs de voir si son équipe va gagner ou perdre, ça s’est transformé à Marseille en scène de guerre. Alors, tout cela n’est qu’un jeu, opposant des sportifs de haut niveau.

Or, il semble que des individus (je n’arrive à les nommer « supporters ») soient venus en France avec 2 objectifs :

– boire de la bière au-delà du raisonnable,

– tout casser et se bagarrer contre les individus (soi-disant supporters) de l’autre équipe.

C’est ce qui s’est passé à Marseille, opposant des Anglais à des Russes. Au-delà du spectacle lamentable que ces individus ont montré de leurs pays respectifs, ce qu’ils ont détruit et l’intervention des forces de l’ordre a un coût.

Une fois l’addition faite, il faudrait convoquer les Ambassadeurs Russes et Anglais et leur présenter la facture. Il n’y a aucune raison que nous prenions en charge les frasques de ces individus. Ils ne sont pas venus en France pour encourager leurs équipes respectives, mais juste pour boire et se bagarrer.

Hier, en fin d’après-midi à Paris, il y avait des supporters de divers pays, on les reconnaît ils portent des t-shirts aux couleurs de leurs pays, avachis dans des bistrots à s’enfiler les unes après les autres… des bières.

Ils étaient répartis dans plusieurs bistrots, par pays. Mais, ils peuvent se croiser une fois qu’ils ont fini de s’alcooliser. Et dans l’état où ils étaient le moindre mot de travers et c’est la bagarre.

Interdire l’alcool autour des stades, c’est bien mais ce n’est pas suffisant. À Marseille, la bagarre n’a pas eu aux abords du stade.

Les empêcher de s’enfiler des bières es unes après les autres est impossible, il faut – au minimum – limiter les projectiles, dans les villes accueillant des matchs.

Dans les bistrots, utiliser uniquement des gobelets en plastiques (pour toutes les boissons et tous les clients), ne pas laisser sur les tables de bouteilles en verre : uniquement des bouteilles en plastique et des canettes

Dans les magasins (nombre de supporters achètent leurs bières en pack, c’est cher qu’au bistrot) : vendre uniquement celles présentées en canettes et refuser de leur vendre des bouteilles de vin (c’est du verre).

Avec des cannettes et des gobelets en plastiques, ces crétins sont déjà moins dangereux.

Puis, lorsque certains supporters se transforment en casseurs :

– Les appréhender tous et les expulser tous du territoire (ils regarderont les matchs de foot de chez eux, à la télé)

– présenter la facture à leur Ambassadeur

C’est dommage de transformer, par moments, ce que doit une fête en guerre urbaine.

En tous les cas, ce n’est pas l’image de la France qui est ternie mais celles des pays d’où viennent ces individus.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.