PolitiqueRéflexions

Vel d’Hiv : faux pas ou calcul ?

En politique, sauf avec des débutants peu expérimentés, je ne crois pas au faux pas. Les vrais politiciens sont habitués à parler en public, à affronter les questions des journalistes, à réagir dans le sens de leurs intérêts.

Aussi je ne pense pas que Marine Le Pen ait commis un impair le 9 avril en déclarant que la France n’était pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv en 1942. Cette femme a beaucoup trop d’expérience de la politique, elle est intelligente et n’est pas du style à se faire piéger par des journalistes.

Et je dis cela en toute objectivité, je ne voterai jamais pour Marine Le Pen, je ne veux pas et je ne peux pas. C’est clair, net et précis.

Mais, je veux tout de même tenter de comprendre le « pourquoi » de cette déclaration au sujet de la rafle du Vel d’Hiv. En plus c’est un sujet clos, le Président Jacques Chirac ayant reconnu la responsabilité France.

Toute la classe politique et les réseaux sociaux ont réagi, condamnant la déclaration de Marine Le Pen !

A-t-elle commis un faux pas face aux journalistes ?

Bien entendu, une campagne présidentielle est une épreuve éprouvante, surtout dans la dernière ligne droite avant le premier tour. La fatigue aidant, Marine Le Pen a pu tenir des propos dépassant ce qu’elle s’autorise à dire.

Ce dérapage verbal, me fait penser aux dérapages du passé de son père, qui souvent lorsqu’il commençait à monter dans les sondages (jamais aussi haut que sa fille) prononçait la phrase qui allait choquer et le faire redescendre.

Est-ce que Marine le Pen a fait la même chose, elle que tous les sondages donne présente au second tour, avec une possibilité de gagner le 7 mai ?

Cela paraît inconcevable et pourtant.

Être élu président de la République, c’est très bien, mais ça n’est que la première étape.

Il faut, ensuite, pouvoir gouverner.

Marine Le Pen sait parfaitement que les Français ne lui enverront pas une chambre Bleu Marine. Qu’elle se retrouvera une quinzaine de jours après son élection en cohabitation.

Si c’était acceptable par le passé et en cours de mandat (François Mitterrand, puis Jacques Chirac), ça ne l’est pas dès les premiers jours d’une présidence. Et en toute logique, elle serait forcée de démissionner.

Alors, je m’interroge : Le 9 avril, Marine Le Pen a-t-elle commis un faux pas, ou au contraire était-ce voulu pour ne pas être élue, consciente de l’impossibilité de mettre en place son programme faute d’une Assemble Bleu Marine ?

Je n’ai pas la réponse, je n’en ai aucune idée !

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.