Accueil / Politique / Vel d’Hiv : faux pas ou calcul ?

Vel d’Hiv : faux pas ou calcul ?

En politique, sauf avec des débutants peu expérimentés, je ne crois pas au faux pas. Les vrais politiciens sont habitués à parler en public, à affronter les questions des journalistes, à réagir dans le sens de leurs intérêts.

Aussi je ne pense pas que Marine Le Pen ait commis un impair le 9 avril en déclarant que la France n’était pas responsable de la rafle du Vel d’Hiv en 1942. Cette femme a beaucoup trop d’expérience de la politique, elle est intelligente et n’est pas du style à se faire piéger par des journalistes.

Et je dis cela en toute objectivité, je ne voterai jamais pour Marine Le Pen, je ne veux pas et je ne peux pas. C’est clair, net et précis.

Mais, je veux tout de même tenter de comprendre le « pourquoi » de cette déclaration au sujet de la rafle du Vel d’Hiv. En plus c’est un sujet clos, le Président Jacques Chirac ayant reconnu la responsabilité France.

Toute la classe politique et les réseaux sociaux ont réagi, condamnant la déclaration de Marine Le Pen !

A-t-elle commis un faux pas face aux journalistes ?

Bien entendu, une campagne présidentielle est une épreuve éprouvante, surtout dans la dernière ligne droite avant le premier tour. La fatigue aidant, Marine Le Pen a pu tenir des propos dépassant ce qu’elle s’autorise à dire.

Ce dérapage verbal, me fait penser aux dérapages du passé de son père, qui souvent lorsqu’il commençait à monter dans les sondages (jamais aussi haut que sa fille) prononçait la phrase qui allait choquer et le faire redescendre.

Est-ce que Marine le Pen a fait la même chose, elle que tous les sondages donne présente au second tour, avec une possibilité de gagner le 7 mai ?

Cela paraît inconcevable et pourtant.

Être élu président de la République, c’est très bien, mais ça n’est que la première étape.

Il faut, ensuite, pouvoir gouverner.

Marine Le Pen sait parfaitement que les Français ne lui enverront pas une chambre Bleu Marine. Qu’elle se retrouvera une quinzaine de jours après son élection en cohabitation.

Si c’était acceptable par le passé et en cours de mandat (François Mitterrand, puis Jacques Chirac), ça ne l’est pas dès les premiers jours d’une présidence. Et en toute logique, elle serait forcée de démissionner.

Alors, je m’interroge : Le 9 avril, Marine Le Pen a-t-elle commis un faux pas, ou au contraire était-ce voulu pour ne pas être élue, consciente de l’impossibilité de mettre en place son programme faute d’une Assemble Bleu Marine ?

Je n’ai pas la réponse, je n’en ai aucune idée !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com