Accueil / Politique / Il est temps que ça se termine

Il est temps que ça se termine

2 pas en avant, 3 pas sur le côté, demi-tour et on recommence.

La politique française devient de plus nauséeuse.

Alors que tout le monde quittait le bateau Fillon la semaine dernière, depuis qu’il a gagné son bras de fer contre, d’ailleurs contre qui. Mais si, contre le « plan B », mais le « plan B » c’était l’Arlésienne, ou bien le grand méchant pour faire peur aux enfants et qu’ils mangent leur soupe.

Y a-t-il eu un « plan B » chez Les Républicains ?

C’est la question à 100 balles. C’était peut-être Alain Juppé, mais l’a-t-on entendu dire qu’il se préparait à jouer le sauveur, NON jamais, il a juste pris la parole en début de semaine pour dire (une bonne fois pour toutes) qu’il ne se présenterait pas. Et, il n’avait pas l’air de rigoler.

En tous les cas, à droite, chez Les Républicains, tous ceux qui avaient quitté le navire reviennent, même l’UDI (qui avait violemment claqué la porte).

Tous ces allers-retours, tous ces politiques qui vont à la soupe, c’est vraiment n’importe quoi.

Ils quittent Fillon lorsqu’ils pensent que Fillon est au bord du gouffre, ils reviennent, lorsqu’il voit qu’il n’est pas mort. Mais, ça ne prouve pas que le bateau Fillon soit à flot, qu’il ne poursuit pas sa longues et lente plongée vers les abîmes.

Comme aurait pu le dire ma Grand-Mère concernant ces politiques qui partent et reviennent « ils n’ont pas de figure, ce sont des culs ».

De son côté Emmanuel Macron continue à attirer des noms, aurait-il imaginé cette situation lorsqu’il a lancé son parti. Il devait considérer 2017 comme une mise en jambe en attendant 2022, mais les autres candidats sont tellement nul (Fillon Hamon, Mélenchon, même Le Pen qui a le vent en poupe), qu’il arrive à avoir son heure de gloire dès cette année.

Concernant ceux qui le rejoignent, le dernier en date est l’ancien Maire de Paris, Bertrand Delanoe qui a indiqué lui apporter son soutien. Peut-être espère-t-il un marocain, après tout il ne serait pas si mal que cela dans un costume de ministre, comme les Affaires étrangères, la Culture ou même l’Éducation nationale.

Mais, tout cela est aussi triste que le temps gris de ces derniers jours. Vivement le 23 avril, que l’on puisse enfin quitter cette ambiance nauséeuse, avoir les 2 noms pour qui nous pourrons voter le 8 mai.

Mais, j’ai bien peur, que pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, ni la gauche, ni la droite ne soient au second éliminé par l’extrême droite et l’OVNI Macron.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com