IdéesRéflexions
A la Une

Statues en fer

Faut-il mettre à terre les statues élevées en des temps passés différents ? Certainement pas s’il s’agit de répondre favorablement à des menaces raciales en voulant à notre pays, notre population.

Pourtant, à y regarder de plus près, force est de constater qu’elles sont érigées selon la sensibilité du moment.

Pourquoi ne serait-elles pas déboulonnées selon l’actuelle ? Si l’on veut bien accepter la vérité du moment, l’on s’aperçoit que plus de 40 % de la population est issue de la migration plus ou moins, cette dernière tendance semblant être majoritaire, volontaire.

Il y a donc peut de chance que l’enfant reste sensible à une histoire qui ne représente pas vraiment la sienne.

Mais, surtout, qui se retrouve encore dans ce petit gaulois blanc et faussement blond envers et cont(r)e tous ? Par contre, insister sur le pourquoi du comment et le comment du pourquoi, expliquer la réalité acceptée par la majorité pouvant être une parmi tant d’autres, ne rien cacher de la partie obscure de l’être vanté serait de salubrité publique.

Il n’est pas question pour une génération donnée de porter, s’excuser d’un éventuel fardeau en héritage.

Mais, reconnaître certains agissements en veillant à ce qu’ils ne se reproduisent plus et, pourquoi pas, faire en sorte qu’ils ne pèsent pas sur les autres seraient, sans doute, un bon début de vivre ensemble.

Se rappeler, et ne pas faire semblant d’oublier exprès, que la majorité des migrants sont venus à la demande volontaire du pays accueillant.

Et penser que l’intégration puisse se faire en oubliant ses origines est une manière comme une autre de considérer que l’autre sorti de son milieu naturel n’a plus de culture, n’est plus lui-même.

Sans que l’on y prenne garde, l’autoritaire s’installe toujours en faveur de celui qui détient la force sur le faible.

Provoquant ainsi chez ce dernier une certaine indignation qui ne demande qu’à s’exprimer.

Et ce n’est pas les états d’urgence se succédant que l’enfer sera effacé.

Booking.com
Tags

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer