Accueil / Réflexions / Silencieuse, Baby-boomer, X, Y ou Z : quelles différences ?

Silencieuse, Baby-boomer, X, Y ou Z : quelles différences ?

generation2909Les sociologues découpent la population en générations, dont voici une courte description.

La génération Z, ils sont nés à partir de 1995, ils ont entre 15 et 20 ans, ils ne font que commencer à entrer sur le marché du travail, mais seulement 23 % se disent attirés par celui-ci et pour 36 % l’entreprise les stresse.

La génération Y, ils sont nés entre 1981 et 1994 : généralement, ils sont pragmatiques, critiques, entreprenants et impatients. Professionnellement, ils n’hésitent pas à saisir les opportunités, quitte à changer d’emploi, ainsi ils ne planifient rien. Ils veulent un bon salaire et travailler, de préférence avec des amis.

La génération X, ils sont nés entre 1966 et 1980. On les présente comme étant indépendants et créatifs. Mais, ils sont inquiets pour leur avenir professionnel et ils ne se font pas d’illusions. Ils savent que tant que l’entreprise a besoin d’eux, pas de problème, dans le cas inverse ! Ils se battent pour rester dans le coup.

Les Baby-boomer, ils sont nés entre 1944 et 1965 et sont présentés comme étant sûr d’eux et optimiste. Ils sont travailleurs et cherchent à faire, toujours, leur travail le mieux possible. Pour les fidéliser dans le travail, il faut 3 choses : salaire, promotions et sécurité de l’emploi.

La Génération silencieuse, concerne les personnes nées entre 1925 et 1943, ils ont tout mis dans le travail jusqu’à sacrifier leur famille. C’est une génération attachée aux félicitations officielles, telle que la médaille du travail.

Aujourd’hui, on peut lire que les générations Y et Z sont différentes des autres et difficiles à diriger.

La génération Y, sauf ceux né au début des années 1990, n’est plus si jeune que cela et déjà bien intégrée dans la société (au sens de l’entreprise et de la vie de tous les jours).

Il paraît que la génération Z a du mal à se faire au monde de l’entreprise et qu’ils « contestent » tout, qu’ils seraient impossibles à manager par rapport aux anciens.

Il est exact que chaque génération a son vécu, son histoire, que les événements de chaque époque ont une influence sur l’ensemble d’une génération. La génération Silencieuse qui a connu la Seconde Guerre mondiale a forcément un vécu très différent de la génération Z née dans une période de paix (du moins en Europe).

Mais, il faut être raisonnable. Comment comparer un jeune Z avec un vieux Baby-boomer. L’un termine ses études, commence sa vie professionnelle et sa vie tout court, il a l’avenir devant lui, l’autre termine sa carrière professionnelle et pense à sa retraite et à sa fin de vie.

Je fais partie de la génération des Baby-boomers, je me souviens lorsque j’ai commencé à travailler, malgré l’absence d’internet, des smartphones et de tout le reste, je contestai tout.

Mes copines, mes copains de ma génération étaient comme moi, nous considérions les « vieux » en entreprises, qui devaient avoir une quarantaine d’années, comme étant totalement dépassés, des « has-been ».

Que font les membres de la Génération Z, la même chose. Ils contestent tout et croient tout savoir.

Avec le temps, ils rentreront dans le rang, par la force des choses. Leurs illusions de vouloir réformer le monde feront partis du passé révolu.

Regardez, ceux qui ont fait « mai 68 », qui étaient sur les barricades, qui voulaient changer le Monde : Peace and Love. Pour tous ou presque, par la suite, ils ont eu une carrière tout à fait standard, comme les anciens.

On parle des générations Y et Z qui veulent tout changer, parce que c’est à la mode de s’intéresser à cela. Si des sociologues du passé s’étaient penchés sur les générations Baby-boomer et X (lorsqu’elles étaient jeunes), ils auraient constaté la même chose.

Il y a un proverbe (dont je ne connais pas l’auteur) qui dit « Il faut que jeunesse se passe ».

Les Y commencent à rentrer dans le rang, à n’en point douter, les Z feront de même, plus tard et la génération suivante (composer de jeunes enfants et d’enfants à naître) fera de même : dans un premier temps ils seront révoltés, avec des certitudes et voulant changer le monde et ils se calmeront et le Monde poursuivra sa route.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Un commentaire

  1. Article très intéressant. C’est vrai qu’il est amusant de voir les différentes attentes professionnelles en fonction des différentes générations. “Qu’est ce qu’une vie professionnelle réussie?” Si l’on pose cette question à des membres des différentes générations, les réponses ne seront pas les mêmes du tout. Quand j’essaie de comprendre la vie professionnelle de mes enfants, je me retrouve toujours face à un mur. Les attentes changent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*