Accueil / Réflexion / Et si les réseaux sociaux avaient ouvert la boîte de Pandore

Et si les réseaux sociaux avaient ouvert la boîte de Pandore

Selon la mythologie Grec, c’est une boîte qui contenait tous les maux de l’humanité et qui fut ouverte par Pandore et une fois ouverte… impossible de la refermer.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une forme de terrorisme de plus en plus aveugle, de plus en plus simple à mettre en œuvre, endoctrinant de plus en plus de gens issus de milieux divers, il n’y a même plus un profil type.

Aucun pays ne semble épargné, cette semaine Berlin a été frappée et demain ce sera qui ? Car la question n’est plus de savoir s’il y aura d’autres attentats, mais quand et où ?

Et je crois qu’avec les réseaux sociaux sur internet, nous avons ouvert la boîte de Pandore permettant une communication, une propagande, un endoctrinement de plus en plus simple de ces groupes terroristes. Nous sommes passés de Daesh à cyber-Daesh.

Avant les réseaux sociaux, il n’était possible sur internet que d’ouvrir des sites. Mais l’ouverture d’un site internet n’apporte pas grand-chose, il faut beaucoup de temps, de communication pour qu’un nombre significatif d’internautes le connaisse et le fréquente.

Avec Facebook et les autres réseaux, tout devient beaucoup plus simple. Ces réseaux ont intérêt à avoir le maximum de visiteurs, qui représente la marchandise qu’ils commercialisent.

Créer une présence sur un réseau est l’assurance d’avoir rapidement des visiteurs, de publier des choses qui seront lues. Si les terroristes, eux-mêmes, sont de sombres crétins, ceux qui pilotent cyber-Daesh sont intelligents, ils ont parfaitement compris comment communiquer pour endoctriner.

Le problème est que Facebook et les autres n’ont jamais imaginé et mis en place la moindre sécurité empêchant cette communication nauséeuse issue des dirigeants terroristes. Pour censurer une photo ne correspondant pas à leurs critères moraux, là ils sont très forts « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées. » Le Tartuffe (Molière).

Par contre aucune action pro-active pour repérer des comportements subversifs et dangereux, le vide sidéral. D’accord, les gestionnaires des réseaux bloquent régulièrement des communications subversives, mais trop tard, après que ceux qui sont derrières ont déjà endoctriné des crétins. Ces terroristes, qui pilotent cyber-Daesh, ouvrent en permanence des comptes sur les réseaux sociaux et cela en toute impunité.

Il est nécessaire – s’il n’est pas trop tard – que les gestionnaires de Facebook et autres mettent enfin en place des barrières pour empêcher ces cyber-terroristes d’endoctriner une partie de leur marchandise, que sont les internautes fréquentant les réseaux sociaux.

Mais, aujourd’hui, les réseaux sociaux, par leur mode de fonctionnement d’absence de contrôle, ont ouvert la boîte de Pandore offrant aux organisations terroristes un puissant et terrifiant moyen de communication et d’endoctrinement.

Je sais que l’on ne peut pas fermer la boîte de Pandore… il y a peut-être une solution : fermer tous ces réseaux sociaux.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com