Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Récession … vous avez dit récession

Selon l’INSEE, la récession est une période de recul temporaire de l’activité économique d’un pays, généralement en observant un recul significatif du PIB (Produit Intérieur Brut) sur au moins 2 trimestres, d’au moins 2%, dans le cas actuel le repli du PIB – depuis le début de l’année – est de 6%.

Nul besoin d’être un économiste pour constater qu’il y a un ralentissement de l’économie de le France (et de nombreux aux pays) : tous les commerces sont fermés (sauf exception), nombre d’entreprises sont à l’arrêt ou presque (même de très grosses entreprises tel que Air France sont arrêtées, elle assure moins de 5% de ses vols).

Il y a toujours une cause extérieure provoquant une récession, dans le cas actuel, elle est dû au coronavirus Covid-19, ayant conduit au confinement et donc au blocage volontaire et nécessaire de l’économie.

Si la récession dure trop longtemps, cela va conduire à une dépression, c’est ce qui s’est passé après le jeudi noir, le 24 octobre 1929. Nous n’en sommes pas là, mais la récession peut durer des mois, voire des années avant de retrouver un rythme de croissance réelle, d’au moins 1,5% par an.

La possibilité d’imaginer la fin de la récession est tributaire de Covid-19 et de la fin du confinement. Pas question de déconfiner trop tôt avec un risque de reprise de la contamination qui pourrait avoir des conséquences pires que la récession.

Aujourd’hui ceux qui nous gouvernent doivent trouver un juste milieu, entre le confinement et laisser filer la dette en injectant des milliards d’euros empruntés auprès de fonds souverains (avec un risque d’inflation non négligeable). Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a indiqué qu’il ne laisserait pas tomber les entreprises. Pour le moment, il s’agit principalement de reports de charges, ça ne sera pas suffisant. Un report signifie que l’on devra payer … plus tard, or les entreprises à l’arrêt ne rattraperont jamais leur retard. Il faudra une exonération, sans dépasser les limites supportables par notre économie. Des entreprises, de toutes tailles, devront fermer, d’autres pourront redémarrer (sous quelles formes, avec quelles perspectives ?).

Le ralentissement de l’économie réduit les rentrées fiscales et le ministère des finances devra trouver des ressources pour le fonctionnement de l’administration dans son ensemble (notamment les rémunérations des fonctionnaires) avec des limites à ne pas dépasser !

Sur la vie de tous les jours, la récession peut provoquer des faillites d’entreprises, au moins des ralentissements d’activités, conduisant à une augmentation du nombre de chômeurs et à une réduction des salaires.

Et là on est sur le fil du rasoir, si le chômage augmente, avec une stagnation (ou même une baisse des rémunérations), cela conduit à une réduction de la consommation et donc à une baisse de l’activité économique, avec un risque de dépression. La baisse de la consommation a un impact sur l’ensemble de l’économie : production, transports, la construction, la Bourse, le prix des matières premières, …

Enfin, l’Etat pourra, comme après une guerre, lancer des emprunts d’Etat sur des périodes de 10 ou 20 ans, donc faire appel à l’épargne des ménages, mais c’est basé sur la confiance des ménages dans la capacité de l’Etat à ramener le pays sur la voie de la croissance.

Pour le moment en plein confinement à cause d’un coronavirus, nous entrons en récession sans solution de sortie tant que ce virus nous empêchera de tenter une relance l’activité économie de la France.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer