IdéesRéflexions

R2D2 enfin arbitre de la Coupe du Monde au Qatar ?

Voilà un acteur central de la prochaine Coupe du Monde de Football, au Qatar, durant l’hiver prochain, qui ne retrouve plus le chemin des vestiaires ! L’histoire pourrait être amusante, à condition de ne pas lui accorder trop d’importance. La coupe au Qatar, éclaboussée, a-t-elle cherché à se fabriquer une mascotte ? Un arbitre électronique garantirait l’équité et la justice, avec une précision mathématique implacable…

Disons-le d’emblée : Pierluigi Collina, président de la commission des arbitres de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a démenti l’opération. Mais rêvons un peu : si ce n’est pas cette fois-ci, ce sera la prochaine. Alors, à quoi bon résister au progrès ?

Les nouvelles surprenantes ne viennent jamais seules

Notre ami, le robot-arbitre, fait partie d’un lot complet de surprises que les organisateurs nous préparent, pour ajouter un peu de piment à un événement quelque peu discrédité par les “affaires”.

Pour compenser le décalage imposé à toutes les autres compétitions, par une programmation en hiver, la FIFA assaisonne l’événement avec des surprises inédites.

Six femmes retenues pour arbitrer le Mondial

Il y aura 105 arbitres, lors de ce mondial, mais six femmes sont très attendues pour leur impartialité dans le jeu. Parmi elles, trois arbitres principales : la Française Stéphanie Frappart, la Japonaise Yoshimi Shamashita et la Rwandaise Salima Mukansanga.

Salima Mukansanga a déjà arbitré la Coupe d’Afrique masculine des Nations, en janvier dernier, qui se déroulait au Cameroun. Elle est arbitre depuis ses 20 ans. Elle voulait devenir basketteuse professionnelle, n’a trouvé aucune structure en Afrique pour développer ses talents. Elle n’a, cependant, jamais regretté cette option de substitution.

Le robot Lineman prêt à tenir la ligne ?

Qu’en est-il de notre coqueluche des réseaux sociaux ? On a insisté pour dire que le Président de la FIFA, Gianni Infantino avait lourdement insisté pour qu’on introduise ce robot chargé de veiller scrupuleusement au respect du non-dépassement des lignes pour les hors-jeux. Les matches professionnels au Qatar auraient servi de zones de crash-test pour s’assurer que sa carte mère résistait bien à la chaleur ambiante et n’implosait pas à l’intérieur de son épaisse couche de métal.

Le cyborg aurait déjà piloté de grandes compétitions mondiales

Selon les milieux bien informés, Lineman le gentil robot aurait déjà tenu entre ses mains le destin de la Coupe arabe et la Coupe du monde des clubs, qui se sont déroulées sur 4 des huit stades accueillant la Coupe du monde 2022, au Qatar.

Cette révolution est présentée comme la suite logique de l’utilisation de la technologie VAR (Video Assistant Referee), depuis quelques années. On appelle alors cette innovation : l’autoline referee. Une série de ces engins devant absolument être prête pour la Coupe du Monde, “selon les ordres du Président de la FIFA”(sic), le foot serait alors entré, à cette occasion, dans l’univers de la science-fiction. R2D2, le droïde de Star Wars allait ainsi arbitrer sa première coupe du monde, sous les applaudissements interloqués des fans du monde entier.

Une photo retouchée ne trompe que ceux qui le veulent bien

En examinant la photo ci-dessus à l’aide du logiciel Yandex, ou Forensically, on peut mettre à jour un ensemble de manipulations. C’est un photomontage réalisé grâce à l’image prise par Mark Hewitt le 1er octobre 2016, reprise par Getty Image. Y apparaît un arbitre de chair et d’os, Darren Cann, lors d’un match au stade de Londres. Juste derrière lui, on distingue bien l’homme en costume, légèrement flou, ainsi que la même publicité commençant par le mot “Official”.

La pixellisation du robot détonne également du reste de l’image, comme un ajout.

Selon Pierluigi Collina, il ne s’agit pas d’un robot de ligne

L’émerveillement risque de retomber, mais si le public reste bon enfant, il devrait trouver toute aussi géniale la nouvelle Technologie Semi-Automatisée de Détection du Hors-Jeu (SAOT). Elle a été bel et bien testée lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2021, mais c’était à Abou- Dhabi. Celle-ci ne se déroulait donc pas sur les futurs terrains qataris de la Coupe du Monde.

Parallèlement à l’action de cette technologie de contrôle, des animations 3D sont diffusées sur les écrans du stade, pour que le public comprenne les décisions prises par l’arbitre et ses juges de touche.

La technologie apporte une aide et des précisions, mais l’arbitre et ses assistants restent seuls maîtres à bord.

La réalité brute vient encore de casser les jouets des grands enfants que nous sommes.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page