IdéesRéflexions
A la Une

Question de choix, le non choix

Priorité à l’économie ou à la santé….Pourquoi les deux ne seraient-ils pas possible, messieurs les penseurs.

Ceux qui décident savent bien que les conseillers ne sont pas les payeurs.

Pourtant, de manière froide, posée, aussi neutre que possible, une bonne stratégie doit être possible face au Covid sans intenter à quoique ce soit ou alors vraiment pour une bonne cause réellement consentie.

Mais, si elle l’est, cela veut dire que tous possèdent les bonnes informations même si un tri doit être fait en amont pour ne plancher que sur du réel.

Nous savons, à ce jour, que la Covid touche l’ensemble des couches de la population notamment celle qui clament vouloir faire la fête ensemble sans prise de tête.

Mais, ce virus n’est virulent qu’avec des personnes faibles, non pas d’esprit mais de corps.

Nous savons également que l’idéal serait que 70 % de la population soit touchée pour l’éradiquer.

Mais nous savons aussi que les plus touchés dans leur corps sont les personnes sensibles : âgées de plus de 65 ans, obèses, problèmes récurrents respiratoires et/ou sanguins, maladies déjà existantes.

Ce sont donc ces personnes qui doivent être protégées prioritairement.

Mais cela ne pourra se faire efficacement que si elles ont bien compris la difficulté et qu’elles adhèrent ; à quoi bon le port du masque en extérieur, si ces dernières embrassent à tour de bras la famille venant festoyer avec elles ? Le peut également penser à douter de la réelle efficacité de porter le masque en lieu clos si les fragiles n’y sont pas.

Dès lors, soit celles-ci sont autorisées au télétravail, soit elles bénéficient du travail partiel avec paiement intégral de leurs anciens revenus, soit on leur permet de s’isoler sur leur lieu de travail.

Bien sur, il pourrait leur être demandé de sortir dans des lieux à forte densité ou en intérieur.

Dans ces cas, sans doute le port du masque serait-il cohérent.

Et, dans tous les cas, l’on éviterait la gabegie actuelle des décisions horaires et autres de faire n’importa quoi du moment que l’on sait que les décideurs font.

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.