Accueil / Réflexions / Quand le permis de tuer est constitué

Quand le permis de tuer est constitué

Déjà, partout dans le monde, des imbéciles prennent pour boucs émissaires d’autres individus dont ils n’ont même pas conscience qu’ils sont à leur image.

Et c’est ainsi que depuis la nuit des temps, aveuglé par une obscurité que les sectes religieuses de touts bords ne démentent, les peuples s’entre-tuent pour affirmer leur droit à vivre, à exister.

L’autre, c’est celui que l’on ne veut pas comme nous, que l’on se doit d’écarter pour continuer à posséder.

Le différent, de l’idiot du village à l’émigrant obligé de quitter le sien, en passant par celui qui pratique hors norme décidée par le groupe, doit être exclu.

Mais pas de trop, pour que les foules en liesse puissent continuer à détester.

En France, non pas d’hier, mais d’aujourd’hui, et malheureusement, de demain, certains voisins s’en sont pris à ceux qui ont une pratique religieuse ou sexuelle venant, pensent-ils, en contradiction avec la leur.

Ce sont des mots, voire de coups qui tombent à pluie battantes sur des personnes biens qui ne demandent pourtant qu’à vivre pleinement leur vie sans agresser les autres.

Car, c’est un fait, ceux qui sont lâchement attaqués sont généralement ceux qui n’empêchent pas les autres de vivre autrement.

Hé oui, que voulez-vous, celui qui fait pas comme les autres, laisse une porte ouverte sur  un autrement possible.

Si cela peut être correctement supporter par des personnes équilibrées, c’est-à-dire bien dans ce qu’ils sont sans trop douter de ce qu’ils sont, mais par des inquiets, des qui ont retenu le leçon sans rien y comprendre, ou encore qui se disent qu’ils sont mais qu’ils pourraient plonger dans un autre espace non appris, ne peuvent pas supporter que d’autres admettent.

Et c’est à l’état, la région, le village, le quartier, les voisins, la famille d’éduquer toujours pour rendre acceptable ce qui ne le serait pas si un peu de lumière ne passait pas par les portes fermées.

Mais, lorsque dans une grande nation, il est écrit, dans sa constitution, le droit de porter des armes à feu, le pire n’est pas à craindre puisque tous les jours nous sommes obligés d’y faire face.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.