Accueil / Réflexions / Privilégiés

Privilégiés

Les retraités ne baignant pas dans la pauvreté sont considérés comme privilégiés dont il faut baisser les revenus en tout genre ; mais ceux qui paient l’Isf sont considérés comme de pauvres victimes dont il faut augmenter, en conséquence, le pouvoir d’achat.

Et peu importe, si ceux dont la seule faute est d’avoir en capital leur seul domicile principal au sein d’une région que les bourses financières ont considéré riches, ils paieront toujours autant d’ISf voire, en compagnie des riches retraités, plus d’impôts sur la Csg, c’est entendu, et très certainement sur les impôts locaux qui augmenteront lorsqu’il sera acquis que les compensations étatiques ne seront pas de niveau.

Or, qui peut croire que les vrais riches, ceux qui ont un capital à disposition, après avoir consommé, n’ont pas déjà investi dans des actions lucratives, et obligations plus sécuritaires ?

C’est donc bien un cadeau permanent que notre impérieux leur fait sans doute dans l’attente d’un retour après son départ dans 5 ans, enfin un peu moins maintenant.

Pour mémoire et rappel, s’il existe des retraités pauvres à ce jour, cela est dû au fait que salariés, ils étaient traités comme des malpropres avec de faibles rémunérations ou alors artisans-indépendants, voire commerçants, dont tout le monde se foutait puisque la vente de leur activité devait compenser…Et que dire de ces femmes aux foyer dont l’état a toujours refusé de reconnaître la valeur travail et, en conséquence, une retraite correcte ne dépendant d’un époux en vie.

Bien sûr, aujourd’hui, ces possibilité et capacité ne doivent plus être conjuguées au féminin.

Mais, se rappelle-t-on que bien souvent le résultat d’une retraite dite aisée, comparativement à l’aumône trop souvent servie pour une vie de labeur de travailleur de base, correspond à 49% de l’ancienne rémunération touts éléments confondus ?

Ce n’est certes pas la misère mais une baisse réelle de niveau de vie, alors, que, comme la grande majorité des retraités, qui sont des parents, grands parents, oncles-tantes et j’en passe et qui en conséquence permettent aux enfants correspondants, même et surtout devenus adultes, de survivre devant les aléas de la vie, d’un travail mal rémunéré, perdu et d’une permanence obligée à pôle emploi qui n’en a guère, mais…

L’impérieux a prévu de revoir les bases de la retraite, bien lui en fasse si cela correspond vraiment à une justice sociale et non économique…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*