Accueil / Réflexions / Pour tous les gouts

Pour tous les gouts

Déjà des gars tapaient dans un ballon rond suivis, voire dépassés par des nanas qui s’y risquaient avantageusement.

Dans la petite balle, d’abord blanche, puis jaune pour les besoins de la télévision qui avait arrêté le noir et blanc, la belle et le beau s’en allait aussi parfois en mixte endiablé.

D’un rouge à ranger rageusement dans un panier qui n’était pas de marché.

Ou cet ordre à force de mains nues entouré d’un seul côté gauche de fronton ou enfermé entre quatre murs dont 3 en verre, les gens de tout âge, tout sexe, toutes tailles plus ou moins confondues s’échangeaient en braves soldats guerriers qu’ils étaient.

Mais voilà qu’il arrive l’ultimat, une sorte de rugby d’handballeurs se figeant sur place dès réception d’un engin volant comme un frisbee dont la partie va jusqu’à 13 points sans égalité aucune ; cela peut durer longtemps la course et les plongeons pour marquer.

Si une passe à soi-même est interdite, ce qui permettrait d’avancer même s’il a 30 secondes pour envoyer, il le fera en passant à son partenaire femme ou homme équitablement répartis comme l’on peut par équipe de sept.

La partie adverse s’essayant, sous toucher car toucher n’est pas jouer, à éviter la réussite du lancer volant ou l’interception de l’objet en course.

La zone de points ressemble à s’y méprendre à celui du ballon ovale, les poteaux en moins qu’ils n’en n’ont pas besoin. Intéressant de les voir se figer, lancer, plonger pour arriver à aller comme en foot américain l’armure ôtée.

Certainement la non connaissance du très grand public permet un auto-arbitrage, l’arbitre, appelé ici, l’observateur, ne sert que si l’on s’en sert, c’est-à-dire que l’une ou l’autre des parties lui fait appel pour décider un accord.

En cas de neutralité, retour illico presto sans discuter plus en avant, à l’action précédente réalisé par le dernier lanceur de ce que l’on appellera le disque pour faire multi sports…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*