Accueil / Photos / Peut-on publier des photos sans l’accord des photographiés ?

Peut-on publier des photos sans l’accord des photographiés ?

photographes1205C’est une question qui relève du droit à l’image.

Mon image m’appartient et je ne suis pas forcé d’autoriser qui que ce soit à l’enregistrer sur une pellicule photo, une carte mémoire, c’est-à-dire à me photographier.

Maintenant, si je suis à une soirée, un anniversaire, un mariage ou autre événement, il va être difficile de n’être sur aucune photo.

Idem, dans la rue, si je me balade dans des quartiers touristiques, sans que cela soit volontaire de la part des apprentis photographes, je risque d’être sur les arrières plans de nombre de photos.

Je ne peux rien y faire c’est comme cela, je ne peux pas éviter d’être sur des photographies où je suis l’un des personnages du groupe, même Malgré moi.

Par contre, je peux refuser que l’on me photographie comme unique personnage d’une photo ou bien, je peux accepter et préciser la limite de l’utilisation de cette photo. Par exemple, autoriser à ce qu’elle soit dans un album photo papier, mais interdire qu’elle soit publiée sur Facebook et donc diffuser sur internet.

Mais, qu’en est-il du côté du photographe ?

Il n’y a jamais intérêt à forcer quelqu’un à poser pour une photo, la personne que l’on veut photographier, dit NON. C’est droit et ça ne se discute pas.

Par, le photographe qui va prendre des photos, durant une soirée, donc avec des groupes de personnes, peut le faire, mais tout dépend de ce qu’il compte en faire.

Si c’est juste pour regarder sur son ordinateur ou bien faire des tirages papiers, les montrer à quelques personnes. Ça reste dans la sphère privée, ça ne risque pas de nuire à l’image des personnes immortalisées sur les photos. Donc, normalement, le risque que quelqu’un se plaigne est minime.

Par contre, sir le photographe compte diffuser ses images sur les réseaux sociaux (type Facebook, Viadéo, …) donc sur internet à la vue de tous, il est préférable qu’il demande l’autorisation aux personnes présentes sur les photos.

Et si une personne dit NON, il y a 2 possibilités soit ne pas publier sur internet les photos où se trouve cette personne, soit flouter (rendre flou) son visage pour qu’elle ne soit pas reconnue.

Il ne faut jamais oublier, que lorsque l’on publie une photo sur internet, elle nous échappe.

Rien ne peut empêcher quelqu’un de malveillant de la récupérer, de l’utiliser à des fins inavouables ou de faire des photos montage pour nuire à la personne sur la photo.

De toutes les manières, il ne faut jamais diffuser la photo d’une personne sur internet sans son accord, normalement un accord écrit.

Pour résumer
– Si la personne dit NON et que c’est une photo de groupe que l’on désire absolument publier sur Facebook, alors flouter les visages de celles et ceux qui ne veulent être sur ce machin.

– Si c’est un portrait d’une personne qui à dit NON à la diffusion, ne pas publier, la jurisprudence n’est pas sympathique du tout face au non-respect du droit à l’image.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*